Jinous Sobhani condamnée à deux ans de prison

30 09 2010

AFP, 30 septembre 2010 :

L’Iran a condamné à deux ans de prison une ancienne conseillère de la militante des droits de l’Homme et prix Nobel de la paix, Shirin Ebadi, rapporte jeudi un site internet d’opposition.

« Jinous Sobhani, membre de la communauté bahaïe et ancienne secrétaire du Centre des défenseurs des droits de l’Homme (l’association de Mme Ebadi), a été condamnée à deux ans de prison », selon Rahesabz.net.

Le site ne donne pas de détails sur les charges retenues contre Mme Sobhani mais indique qu’elle avait été libérée sous caution après avoir été arrêtée en janvier, une semaine après des manifestations anti-gouvernementales.

Lire le reste de cette entrée »





Réduction de peine à 10 ans de prison pour 7 responsables bahaïs

18 09 2010

Dépêche AFP, 18 septembre 2010 :

Sept responsables de la petite communauté religieuse iranienne bahaïe, accusés notamment d’hérésie et d’espionnage au profit d’Israël, condamnés en août à Téhéran à 20 ans de prison, ont vu leur peine réduite à 10 ans, a-t-on appris dimanche auprès de la communauté bahaïe.

Les sept accusés, cinq hommes et deux femmes, ont été arrêtés courant 2008. Leur procès s’était achevé le 14 juin, sans verdict prononcé.

« Les avocats représentant les sept bahaïs condamnés le 8 août dernier à 20 ans d’emprisonnement ont été informés oralement que les peines ont été réduites à 10 ans », a indiqué la communauté bahaïe de France dans un communiqué.

Lire le reste de cette entrée »





Les bahaïs, minorité honnie par Téhéran

15 09 2010

Article publié par « Le Temps« , 15 septembre 2010 :

Non reconnu en Iran, le bahaïsme, fondé sur des croyances syncrétiques et modernistes, est malmené depuis sa création.

Petite, Maryam se souvient qu’on la traitait d’«impure» dans la cour de l’école. C’était il y a cinquante ans, avant l’avènement de la Révolution islamique. Foad, lui, se demande où sont passés les ossements de sa sœur depuis que le cimetière Golestan Djavid a été rasé au bulldozer, en 1993. Début août, sept membres de la communauté ont été condamnés à vingt ans de prison, l’un deux a déjà 77 ans. Depuis qu’ils existent, les bahaïs sont la minorité religieuse la plus persécutée par Téhéran. Pourquoi? Contactés par Le Temps, les diplomates iraniens en Suisse ont refusé de s’expliquer.

Régulièrement en Iran, contre la présence des bahaïs, des récoltes sont saccagées, des maisons brûlées, comme ici à Ivel, au nord du pays, en juin 2010.

«L’islam se considère comme la dernière religion, celles qui viennent ensuite irritent les dirigeants musulmans. Cela remet en cause leur vision du monde», souligne Mohammad-Reza Djalili, professeur à l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève. Mahomet est le dernier prophète, mort à Médine en 632; il ne peut y en avoir d’autres. Or, le bahaïsme est né en Iran au XIXe siècle, de la révélation de l’aristocrate pacifiste Bahá’u’lláh, lequel se présentait comme un prophète entendant unifier l’humanité.

«Nous croyons en un créateur unique délivrant des messages à des époques et en des lieux différents, rapporte Maryam Nicollier, bahaïe résidant à Genève. La base de toutes les religions est la même, l’amour du prochain, mais les règles diffèrent selon les siècles et les endroits. Les exigences, ainsi, n’étaient pas les mêmes du temps de Jésus ou Mahomet. Bahá’u’lláh est le prophète le plus récent, mais il y en aura d’autres.»

Lire le reste de cette entrée »





Un bahaï arrêté pour « relations sexuelles illégales »

6 09 2010

Dépêche AFP du 6 septembre 2010 :

Un membre de la communauté des bahaïs a été arrêté dans le nord de l’Iran pour « relations sexuelles illégales », a rapporté lundi le site internet du quotidien ultraconservateur Javan.

L’homme, identifié simplement par les initiales P.P., a été arrêté dans la province de Golestan (nord), selon le quotidien considéré comme proche des Gardiens de la révolution.

Le journal affirme que « P.P. est membre de la secte bahaïe dans la province et a été arrêté pour avoir eu des relations illégales avec des jeunes filles et des femmes ».

Lire le reste de cette entrée »





Le bahaïsme persécuté en Iran

11 08 2010

Article publié le 10 août par le blog « Dentelle et tchador » suite à la condamnation de sept membres de la communauté bahaïe :

En République islamique d’Iran, il n’y a pas que les opposants politiques qui sont condamnés à passer de longues années derrière les barreaux. Il y a aussi les minorités religieuses.

Sept adeptes de la foi bahaï viennent d’être condamnés à 20 ans de prison, a-t-on appris hier de source proche de cette religion fondée au XIXe siècle en Iran et que Téhéran tient pour hérétique.

Mais les charges restent les mêmes. Jamaluddin Khanjani, Afif Naeemi, Saeed Rezai, Behrouz Tavakoli, Vahid Tizfahm, mais aussi deux femmes, Fariba Kamalabadi et Mahvash Sabet, ont été condamnés hier à vingt ans de prison pour “espionnage,” “acte contre la sécurité nationale”, et “inimitié envers Dieu”. Ces sept personnes avaient été arrêtés en mai 2008 pour cause d’espionnage pour l’étranger, de propagation de la corruption sur terre, de minage de l’Islam et de coopération avec l’État d’Israël.

“Leur procès, qui a débuté le 12 janvier de cette année, a consisté en six brefs passages au tribunal, après qu’ils eurent été incarcérés sans charge pendant vingt mois”, explique dans un communiqué Bani Dugal, qui représente la foi bahaï auprès des Nations Unies. “Une période au cours de laquelle ils n’ont eu accès à leur avocat que pendant à peine une heure. Le procès s’est achevé le 14 juin”.

Lire le reste de cette entrée »





Sept Baha’is condamnés à des peines de 20 ans de prison

10 08 2010

Dépêche Reuters, 9 août 2010 :

Sept adeptes de la foi baha’ie ont été condamnés à 20 ans de prison en Iran pour espionnage et propagande anti-islamique, a-t-on appris lundi de source proche de cette religion fondée au XIXe siècle en Iran et que Téhéran tient pour hérétique.

Les médias avaient fait état en janvier du procès de ces sept personnes détenues depuis 2008 dans une prison de Téhéran, dont les avocats ont été avisés de la condamnation, non rendue publique.

Les sept condamnés ont nié les charges retenues contre eux et envisagent de faire appel.

Lire le reste de cette entrée »





Persécutions contre la communauté bahaïe

28 05 2010

Article publié par « Le Monde » le 28 mai 2010 :

La république islamique de l’Iran continue sa persécution inlassable contre la communauté bahaïe, seul groupe dont même les enfants sont l’objet de maltraitance planifiée par le ministère de l’éducation. Si les défis lancés à la communauté internationale par les autorités iraniennes prennent parfois l’allure de gesticulations sans conséquence, l’oppression dont est l’objet cette minorité religieuse non-violente, elle, s’aggrave depuis les événements de juin dernier et la répression féroce qui a suivi contre tous ceux qui aspirent à la liberté.

Aux destructions des cimetières des bahaïs, aux incendies de leurs habitations, à la destruction de leurs lieux saints et de leurs sanctuaires, aux privations d’emploi, à l’interdiction d’accès aux études supérieures, s’ajoutent de plus en plus souvent des arrestations en chaîne suivies ou non de libérations sous caution (des sommes toujours exorbitantes, comme pour tous les prisonniers de conscience en Iran). Signe que ce sont les croyances qui sont en cause, rien d’autre : quels que soient les chefs d’accusation, souvent graves, ils disparaissent si le bahaï accepte de signer un aveu de conversion au chiisme.

Lire le reste de cette entrée »





Cinq membres de la minorité bahaïe arrêtés

15 02 2010

La Presse Canadienne, 14 février 2010 :

Les autorités iraniennes ont interpellé cinq nouveaux membres de la minorité religieuse bahaïe, a rapporté dimanche un quotidien tenant de la ligne dure.

Le journal Javan, qui entretient des liens avec les Gardiens de la révolution, a indiqué que Niki Khanjani, fille de Jamaloddin Khanjani, l’un des sept dirigeants bahaïs emprisonnés depuis 2008 sous l’accusation d’avoir porté atteinte à la sécurité nationale, figurait parmi les cinq personnes interpellées.

Le quotidien ne fournit pas de précisions sur les accusations portées à l’encontre des cinq membres arrêtés, mais souligne que nombre de Bahaïs ont fui vers des pays voisins et des zones frontalières de l’Iran après avoir fomenté les troubles qui ont éclaté en Iran dans la foulée de la présidentielle contestée de juin dernier.

Lire le reste de cette entrée »





Sept Bahaïs menacés de la peine de mort

5 02 2010

Lettre ouverte adressé à Kamenei publiée le 5 février 2010 par « Le Monde » à propos des menaces de condamnation à mort de sept bahaïs et qui revient sur les discriminations que subit cette minorité en Iran.

Sept baha’is risquent la peine de mort en Iran aujourd’hui. Détenus depuis vingt mois, ces cinq hommes et deux femmes de 37 à 76 ans sont accusés par l’appareil judiciaire iranien d’être des « corrupteurs sur Terre », et des  » espions au profit d’Israël ». Ce groupe de sept, appelé par les membres de leur communauté, les « Yaran » (les « Amis »), assumaient, jusqu’à leur arrestation un rôle de médiateurs auprès des différentes instances de l’Etat iranien pour tenter de réduire la pression pesant sur les baha’is d’Iran. Ces derniers sont sujets à un harcèlement constant de la part de la République islamique depuis trente ans.

Les baha’is constituent la minorité religieuse la plus importante en Iran, ils sont des non-citoyens, des « infidèles non protégés ». Bouc-émissaire facile, cette communauté pacifique de 300 000 personnes est accusée de tous les maux à chaque tension politique ou sociale dans le pays.

Aujourd’hui, les journaux officiels les accusent d’être les organisateurs des troubles qui agitent le pays. Accusation aussi invraisemblable que toutes celles qui ont été proférées depuis plus d’un siècle.

Lire le reste de cette entrée »





La minorité baha’ie, cible d’une répression accrue

17 01 2010

Article publié par « L’Alsace » le 17 janvier 2010 :

Une fois encore, le sort des baha’is en Iran suscite une vive inquiétude. Les sept dirigeants de la communauté, la plus importante minorité religieuse non musulmane du pays, risquent la peine de mort, au seul motif de leur foi.

Détenus depuis vingt mois à la prison d’Evin, à Téhéran, deux femmes et cinq hommes sont jugés depuis le 12 janvier. Aucun observateur extérieur n’a été autorisé à entrer dans la salle d’audience. Selon les informations parvenues aux baha’is de France, même les avocats des accusés ont dû argumenter pour être autorisés à entrer. Ils n’ont pratiquement pas eu accès à leurs clients pendant leur détention. Les charges qui pèsent contre eux, rapportées par la presse officielle, laissent rêveur : « espionnage », « activités de propagande contre l’ordre islamique », « coopération avec Israël », « envoi de documents secrets à l’étranger », « actions contre la sécurité du pays », et… « corruption sur terre ».