Londres : Succès du rassemblement du 20 juin

22 06 2010

Blog de Maryam Namazie, 21 juin 2010 :


Plusieurs centaines de personnes ont répondu à l’appel de « One Law for All » (Une loi pour tous/toutes) à travers la rue Downing (Londres) pour montrer leur opposition à la Charria et aux lois basées sur la religion en Grande-Bretagne comme ailleurs et pour revendiquer des droits universels et la laïcité. « Musulmans contre les Croisés » de Al-Muhajiroum organisaient une contre-manifestation contre nous. Un d’entre eux a déclaré à RT, « Nous trouvons beaucoup de ces gens qui appellent aux droits humains et à une seule loi ». « Ils viennent et ils disent qu’ils veulent l’égalité. Mais quelle égalité avez-vous lorsqu’un homme légifère pour les autres ? ». Maryam Namazie, elle, a dit : « La lutte contre la Charria est une lutte contre l’islamisme, pas contre les musulmans, immigrés ou contre les gens qui vivent sous la Charria ici ou ailleurs. Il est très facile pour les islamistes de faire une contre-manifestation contre notre rassemblement. C’est là que se trouve le véritable champ de bataille. Quiconque veut défendre les droits universels, la laïcité et une vie digne du 21ème siècle doit se joindre à nous pour repousser tant les islamistes que les franges de l’extrême-droite comme l’English Defence League et le British National Party dont le but est de trouver des bouc-émissaires et d’accuser d’islamisme un grand nombre de nos concitoyens ».

Lire le reste de cette entrée »





Maryam Namazie dans « The Time »

24 03 2010

Article publié le 12 mars 2010 par « The Time » sur Maryam Namazie, fondatrice du Conseil des Ex-Musulmans de Grande-Bretagne et membre du Bureau Politique du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran.


Imaginez, dit Maryam Namzie, « une enfant est enveloppée de tissu de la tête aux pieds. Tout, sauf son visage et ses mains, sont recouverts de peur qu’un homme puisse la trouver attirante. A l’école, elle apprend qu’elle vaut moins qu’un garçon. Elle n’a pas le droit de danser ou de nager ou de sentir le soleil sur sa peau ou le vent dans ses cheveux. C’est clairement inacceptable, mais c’est actuellement accepté si c’est fait au nom de la religion. »

Namazie est la fondatrice du Conseil des Ex-Musulmans de Grande-Bretagne qui est né au milieu de l’année dernière. Lundi, pour célébrer le centenaire de la Journée Internationale des Femmes, elle parlait à une conférence sur l’islam politique et les droits des femmes, et a lancé une campagne contre la Charria.

Née musulmane iranienne, Namazie, 41 ans, est sympathique et a une voix douce. Mais elle ne mâche pas ses mots. Lancer une organisation pour les gens qui ont rejeté l’Islam, ça use les nerfs. Selon la loi islamique, l’apostasie est passible de la mort. Namazie reçoit des menaces régulières, le plus souvent sur son téléphone portable : « Un message dit : « tu seras décapitée » »… je suis allée voir la police. Ils étaient d’abord très attentifs parce qu’ils pensaient que c’était lié à une tentative d’attentat à Glasgow. Mais lorsqu’ils ont réalisé que ça ne l’était pas, ils n’ont jamais cherché à me contacter à nouveau.  Est-elle inquiète de sa sécurité ? « Oui, je le suis, souvent. Je suis inquiète de savoir si je vais vivre, surtout maintenant que je suis une mère. Si je vois quelqu’un me regarder bizarrement, je me pose des questions. » Pourquoi ne pas utiliser un pseudonyme ? « Ils trouvent qui t’es de toute façon. Et le point principal est que le Conseil des Ex-Musulmans puisse se dresser et se compter ». Elle n’aime pas vraiment le terme d’ex-musulmane et préfèrerait ne pas mettre en avant une identité avec des mots religieux, mais, dit-elle, c’est comme pour le coming out des gays il y a 30 ans :  quelque chose doit devenir public pour briser les tabous. Le Conseil des Ex-Musulmans de Grande-Bretagne a cent membres avec des demandes de gens qui n’osent pas le rejoindre. « Certains ont des histoires horribles, mais ont ne peu pas les publier sur le site parce qu’ils sont terrifiés ».

Lire le reste de cette entrée »





Emission de TV International du 15 mars

16 03 2010

Émission de TV International (programme en anglais de New Channel TV, la télévision du PCOI).

Dans la première partie Patty Debonitas et Fariborz Pooya discutent d’abord du bilan du 8 mars, Journée Internationale des Femmes. Fariborz Pooya revient sur les manifestations en Iran, en particulier à Sanandaj (Kurdistan) où une manifestation a eu lieu et où une déclaration a été lue contre le régime islamique et pour l’égalité entre femmes et hommes malgré une situation militarisée et répressive. Patty Debonitas, elle, revient sur les différentes actions organisées par le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran dans le monde, et en particulier les actions où des femmes ont retiré et brûlé ou piétiné des hidjab comme à Toronto ou à Londres. Fariborz Pooya explique la nécessité de soutenir le mouvement des femmes d’Iran dont la victoire contre l’islamisme politique ferait avancer la cause des femmes du monde entier. Ensuite, il est question de Jamal Saberi, opposant au régime qui vit au Japon (et est mariée avec une Japonaise), et qui a été arrêté par la police de l’immigration japonaise et qui est menacé d’expulsion. Patty Debonitas et Fariborz Pooya parlent de la campagne pour la libération et contre l’expulsion de Jamal et Patty donne les dernières infos qu’elle a eu de Jamal au téléphone, des conditions de détention dans le camp de rétention et appelle à écrire aux ambassades et aux autorités japonaises pour qu’il soit libéré et pas expulsé.

Lire le reste de cette entrée »





Rassemblement à Londres contre la charria, pour le droit des femmes et la laïcité

27 11 2009

Le 21 novembre, entre la journée internationale du droit des enfants et la journée internationale contre les violences faites aux femmes, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à l’appel de « One Law for All » (« Une seule loi pour tous/toutes ») au Hyde Park de Londres pour dénoncer les tentatives réactionnaires d’instaurer des tribunaux islamiques pour régler des questions comme celles du mariage, du divorce ou de la garde des enfants pour la « communauté musulmane » en Grande-Bretagne et contre la charria partout dans le monde, contre le racisme, le relativisme culturel et pour l’universalité des droits humains. Il y a eu une vingtaine d’interventions lors de ce rassemblement.

Maryam Namazie, organisatrice et porte-parole de la campagne « One law for all » a été la première à prendre la parole. Elle explique en particulier que la charria n’est pas une revendication des « musulmans », mais de l’islamisme politique, et que la violence avec laquelle les islamistes l’imposent montrent à quel point son application est contraire aux aspirations de millions de personnes. Elle explique comment en Grande-Bretagne, les « Conseils Musulmans » légitiment, par exemple, des mariages forcés et à quel point il est scandaleux que des citoyennes britanniques soient, à cause de leurs origines, reléguées devant ces tribunaux réactionnaires.

Lire le reste de cette entrée »