Aliaa n’est pas obscène, mais vous vous l’êtes !

20 11 2011

Article de Maryam Namazie, membre du bureau politique du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, 18 novembre 2011 :

D’ignobles islamistes ont porté plainte contre Aliaa Magda Elmahdy et son petit ami blogueur pour "violation de la morale, incitation à l’indécence et insulte à l’Islam".

Ahmed Yehia, coordinateur de la coalition des diplômés de la loi islamique, veut qu’ils soient punis selon la Charria, disant qu’elle "essayait de diffuser son idéologie obscène par des photos nues".

En fait, ce qui est clair pour toutes et tous, c’est que c’est la religion et l’islamisme qui sont obscènes.

Non, ce n’est pas Aliaa qui "donne une mauvaise image au soulèvement", mais c’est bien vous, les islamistes !

Et le plus tôt on se débarrassera de vous et mieux nous nous porterons toutes et tous !





La lutte au Moyen-Orient

12 04 2011

Petit résumé des luttes au Moyen-Orient publié dans "Communisme-Ouvrier n°8", bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière qui peut être téléchargé en PDF à cette adresse

Egypte : Face à la contre-révolution

Le 8 mars, à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, des milliers d’Egyptiennes se sont rassemblées Place Tahrir au Caire pour revendiquer l’égalité. Le lendemain, l’armée est intervenue et dix-huit femmes au moins ont été arrêtées par les militaires. Selon l’organisation Amnesty International, les manifestantes ont été frappées avant de subir des décharges électriques, forcées à se déshabiller et photographiées par les soldats. Elles ont ensuite été soumises à des tests de virginité et menacées d’être accusées de prostitution si ceux-ci se révélaient négatifs. Fin mars, au nom de la « stabilité du pays », le gouvernement a sorti un projet de loi pour interdire les manifestations et les grèves. Il apparaît de plus en plus clairement que si Moubarak est parti, le but des militaires au pouvoir est de rétablir « l’ordre », de reconstruire l’appareil d’Etat de la bourgeoisie, sa terreur et ses forces de répression pour écraser toute contestation et en particulier les luttes ouvrières. Aussi, le 1er avril, des dizaines de milliers de manifestant(e)s se sont à nouveau rassemblés Place Tahrir au Caire pour lutter face à la contre-révolution militaire.

Syrie : Intensification des luttes et de la répression

Commencées à Deraa, au sud du pays, à la mi-mars, les protestations n’ont cessées de s’intensifier en Syrie, touchant début avril la plupart des villes du pays, y compris la capitale Damas et les villes kurdes du nord. A chaque manifestation, le régime de Bachar al-Assad répond par une répression violente, avec à chaque fois des centaines d’arrestations, de blessés et même plusieurs dizaines de morts. Dans la région kurde, où la population est privée de la nationalité syrienne par le régime nationaliste arabe, la population a pour slogan « Nous ne voulons pas seulement la nationalité mais aussi la liberté » , ailleurs, comme à Deraa, où le siège du Parti Baas a été incendié le 21 mars, on crie « plutôt la mort que l’humiliation ».

Lire la suite »





Sur les révolutions en Egypte, Tunisie et en Iran

6 03 2011

Article de Mostafa Saber, membre du Comité Central et du Bureau Politique du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, sur les révolutions au Moyen-Orient et en Afrique du Nord :

1.Les révolutions en Egypte, en Tunisie et bien sûr en 2009 en Iran, malgré leurs différences et leurs spécificités, ont des caractéristiques historiques et universelles communes. Caractériser ces révolutions (dans le contexte des mouvements récents révolutionnaires et d’opposition au Yémen, en Algérie et en Jordanie) comme des événements du "monde islamique", du "monde arabe" ou comme "régional" (Moyen-Orient et Afrique du Nord) explique certains aspects de ces évènements, mais ignore leurs caractéristiques essentielles et déterminantes. Ces mouvements et révolutions populaires sont l’étendard d’une nouvelle ère radicale et révolutionnaire à l’échelle mondiale. C’est une nouvelle page de l’histoire de la lutte des classes à l’ère du capital globalisé, et en apparence, cela n’a pas encore un impact mondial plus important que la "fin de la guerre froide" et le "11 septembre", il n’en aura pas moins que ces deux événements. La différence c’est que si la "chute de l’Union Soviétique" et la "guerre au terrorisme" étaient dans le cadre de la lutte entre différents pôles bourgeois, et ont servi de tremplin à la réaction et au recul, les révolutions récentes se dressent contre ces évolutions réactionnaires et marquent le  début d’une période de participation large et directe de la classe ouvrière et de la population révolutionnaire dans la mise en place de changements sociaux mondiaux.

2. Ces révolutions et transformations mentionnées plus haut ont tout d’abord surgit dans le contexte économique et politique du capitalisme mondial de la fin du 20ème siècle et du début du 21ème siècle, en particulier celui des dix dernières années.  Les causes fondamentales de ces changements -la révolution technologique continue (depuis les années 1970), l’expansion rapide et sans précédent du capitalisme et du marché mondial à un niveau où des milliards d’êtres humains à travers le monde partagent le même sort d’esclaves salariés- se développent toutes. D’un côté, il y a un renforcement de la crise économique mondiale, une expansion exponentielle de la pauvreté relative, une explosion sans précédent du nombre de chômeurs, d’affamés et de personnes dépourvues de droits, dans la population. De l’autre, il y a une expansion historique de la richesse accumulée, une oligarchie de banques et d’institutions financières, une poignée de multimilliardaires, qui tous volent les êtres humains et pillent l’environnement naturel.

Lire la suite »





Manifestation à Paris pour l’égalité partout dans le monde

5 03 2011

El watan, 5 mars 2011 :


  • Manifestation pour les droits des femmes et l’égalité, Paris 5 mars 2011 – 14 h 30 au Trocadéro

La marche à laquelle prendront part également des collectifs féministes algériens partira à 14h30 du Parvis des droits de l’homme (Trocadéro), pour faire une première halte à proximité de l’ambassade d’Iran, puis de l’ambassade d’Egypte et enfin de l’ambassade d’Algérie. Ce 8 mars 2011, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, est «un 8 Mars porteur d’espoir venu du Sud. Un Sud en marche revendiquant la dignité, la liberté et l’égalité», souligne le Collectif des droits des femmes (CNDF). «Deux dictatures mises à terre en moins d’un mois, ceci ne peut qu’avoir des répercussions dans l’ensemble de la région et au-delà». Et de préciser qu’en Tunisie et en Egypte, «les femmes étaient présentes dès les premiers jours et ont, nombreuses et résolues, participé à ce bouleversement. Partout ailleurs de par le monde, les femmes se battent pour leur autonomie et pour qu’il soit mis fin aux discriminations dont elles sont l’objet».

Lire la suite »





Au nord comme au sud de la Méditerranée : Qu’ils dégagent tous !

4 03 2011

Editorial du numéro de mars de "Communisme-Ouvrier", bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Après Ben Ali le 14 janvier, c’est Moubarak qui a, sous la pression de la rue, des grèves ouvrières et des manifestations, du quitter le pouvoir. Le formidable mouvement révolutionnaire commencé en Tunisie n’en finit pas de s’étendre : malgré la répression sanglante, avec des armes vendus par l’Etat et les capitalistes français, les jours de Kadhafi sont comptés, et les manifestations, grèves et protestations touchent désormais toute l’Afrique du Nord et tout le Moyen-Orient. Du Maroc à l’Iran, partout, la classe ouvrière et la population se lèvent pour le pain, la liberté et la dignité humaine. La même colère, la même révolte et les mêmes slogans apparaissent dans toute la région, que les régimes soient désignés « pro-occidentaux » ou « anti-occidentaux ». A la propagande du régime islamique qui affirmait que le peuple d’Egypte voulait l’application de la Charria, la population iranienne a répondu par de puissantes protestations les 14 et 20 février, criant « Moubarak, Ben Ali, et maintenant au tour de Said Ali » (c’est-à-dire Khamenei, le « leader suprême » du régime). En Irak, après des années d’occupation et de guerres sectaires entre réactionnaires religieux et nationalistes, chiites et sunnites, kurdes et arabes s’unissent dans une même lutte pour exiger une vie meilleure. Des manifestations sont déjà prévues le 20 mars dans cette monarchie ultra réactionnaire qu’est l’Arabie Saoudite, et, à des milliers de kilomètres des protestations se préparent en Chine alors que, pour la première fois depuis des décennies on a manifesté en Corée du Nord.

A l’inverse de l’espoir qui monte dans le coeur de celles et ceux qui souffrent de l’ordre capitaliste actuel, tous les régimes, Etats et gouvernements réagissent effrayés, devant la montée des protestations. Monarchistes, nationalistes kurdes ou arabes, islamistes ou démocrates occidentaux, tous les partis et toutes les fractions de la bourgeoisie locale comme internationale cherchent, par tous les moyens, à éteindre l’incendie. Sans parler du bain de sang en Libye, commis avec des armes françaises, les exécutions s’intensifient en Iran pour terroriser la population et les 14 et 20 février, les forces du régime ont assassiné à Téhéran et à Chiraz alors que la répression des manifestations du 26 février au Maroc ont fait un mort à Fez et des dizaines de blessés à Agadir dont trente camarades du groupe « Marxistes Révolutionnaires ». En Palestine, les deux factions rivales de la bourgeoisie, le Hamas qui contrôle la Bande de Gaza et le Fatah au pouvoir au Cisjordanie, ont toutes les deux réprimé les manifestations de soutien à la révolution en Egypte, alors que le gouvernement israélien faisait part de son soutien à Moubarak, démontrant une fois encore que bourgeois et politiciens peuvent se faire des guerres, que les populations paient par le sang et la mort, mais qu’ils se retrouvent bien unis face à la révolte des exploité(e)s. En Egypte, la junte militaire au pouvoir tente, après le départ de Moubarak, de mettre fin aux grèves ouvrières, et les Etats-Unis ont cherché toutes les possibilités de nouveau gouvernement pour remplacer Moubarak, allant jusqu’à discuter avec les Frères Musulmans qui ont oublié leur rhétorique anti-impérialiste pour répondre présents.

Lire la suite »





Les travailleurs égyptiens solidaires des travailleurs américains

22 02 2011

Alors qu’un formidable mouvement révolutionnaire enflamme déjà tout le Maghreb et tout le Moyen-Orient, au Wisconsin (Etats-Unis), par dizaines de milliers, les travailleuses et les travailleurs manifestent contre le projet de rigueur budgétaire et d’austérité du gouverneur Scott Walker et sa volonté de remettre en cause la convention collective et les droits syndicaux des salarié(e)s de la fonction publique. Samedi 19 février, ce sont, selon la presse, 68.000 travailleurs et travailleuses qui ont manifesté à Madison, la capitale de l’Etat. Sur les pancartes ils avaient des slogans comme "Hosni Walker", "Un dictateur au tapis, un autre à abattre", avec la photo de Walker à côté de celle de Moubarak apparus après que Scott Walker ait menacé de faire appel aux gardes nationaux pour disperser les manifestants.

Le 20 février, Kamel Abbas a lancé un message de solidarité au nom des syndicats indépendants d’Egypte aux travailleurs du Wisconsin :

Traduction de l’intervention (d’après la traduction anglaise) :

Je vous parle depuis un lieu très proche de la Place Tahir au Caire, la "Place de la Libération", qui était le coeur de la révolution en Egypte. C’est une place où de nombreux de nos jeunes ont payé de leurs vies et avec le sang la lutte pour nos justes droits.

Depuis cette place, je veux que vous sachiez que nous sommes à vos côtés comme vous avez été à nos côtés.

Je veux que vous sachiez qu’aucun pouvoir ne peut faire face à la volonté des gens lorsqu’ils croient en leurs droits. Lorsqu’ils lèvent fortement et clairement leurs voix et luttent contre l’exploitation.

Lire la suite »





Les dictateurs doivent être jugés ainsi que leurs complices occidentaux

21 02 2011

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière, 20 février 2011 :

Le jugement des Ben Ali, Moubarak, Ali Khamenei, Kadhafi, et autres dictateurs d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient est une exigence fondamentale pour la population de ces pays. Les familles, les proches, les ami(e)s de celles et ceux qui sont tombé(e)s sous les balles des forces de répression, celles et ceux qui ont été torturé(e)s, violé(e)s en prison, enfermé(e)s pour avoir oser dénoncer ces régimes, ont le droit à la justice. Avec les figures principales de ces régimes, devront aussi être jugés tous ceux qui ont été responsables des tueries, des massacres, de la répression pendant des décennies. Ce ne sont que de tels procès, publics, qui permettront à la fois de montrer que ce n’est pas qu’un dictateur mais tout son appareil d’Etat qui est brisé, et qui permettront aussi, aux victimes et à leurs proches, d’obtenir réparation, d’ouvrir les dossiers les plus noirs de ces régimes pour qu’enfin éclate la vérité.

Au fur et à mesure que se développent les révolutions au Maghreb et au Moyen-Orient, éclate aussi, au grand jour, les complicités occidentales et françaises de ces régimes assassins. On se souvient des propos de Michèle Aliot-Marie, ministre française de l’intérieur, qui, la veille du départ de Ben Ali, proposait d’aider la dictature à réprimer. On apprend qu’au Bahreïn, l’Etat français a formé et entrainé les forces de répression de cette dictature. Ainsi un rapport parlementaire de février 2010 indiquait : « La coopération privilégiée établie depuis quatre ans avec la Direction centrale des compagnies républicaines de sécurité a permis d’accompagner la professionnalisation des unités anti-émeute et d’améliorer la gestion des foules, dans un archipel où il n’est pas rare que les manifestations dégénèrent. ». Le contrôle par l’armée de la place de la Perle à Manama jeudi 17 février a fait au moins quatre morts et 231 blessés. Vendredi 18 février, le Quai d’Orsay a annoncé que l’Etat français suspendait les exportations de matériel sécuritaire (lire répressif) vers la Libye et le Bahreïn… Voilà une manière élégante d’avouer que depuis des années voire des décennies, l’Etat français et les capitalistes de l’industrie de l’armement français arment ces deux dictatures. Dimanche 20 février, on annonçait des chiffres allant jusqu’à plus de 200 victimes de la répression des manifestations à Benghazi dans l’est de la Libye. Et il faut ajouter que dans toutes ces dictatures, la répression, les crimes et les tueries durent depuis l’instauration de ces régimes, et que l’Etat français et les capitalistes français qui les ont soutenus politiquement et militairement sont complices de tous ces crimes.

Lire la suite »





Révolution au Maghreb et au Moyen-Orient : Qu’ils dégagent tous !

19 02 2011

Abandonnant la perspective de la révolution, du socialisme et du pouvoir ouvrier, toute une partie de la gauche et même de l’extrême-gauche, au nom du tiers-mondisme ou du nationalisme, avait aussi abandonné, pour le sud de la Méditerranée du moins, les principes de la lutte des classes, c’est-à-dire de la lutte des travailleurs et travailleuses contre le patronat, des exploité(e)s contre les exploiteurs, pour une lutte de tel ou tel peuple, derrière un parti ou un Etat bourgeois tant qu’il était considéré comme « anti-impérialiste ».

Pour cette gauche anti-impérialiste, le temps n’était plus, en tout cas au Maghreb et au Moyen-Orient, à la lutte de la classe ouvrière contre la bourgeoisie et ses différentes fractions, mais à celle d’une fraction de la bourgeoisie considérée comme « progressiste » au nom de son opposition aux Etats-Unis et à ses alliés. Il fallait donc affirmer son soutien à l’OLP, puis au Hamas et au Hezbollah, au nom de la lutte contre le colonialisme d’Israël. Pour d’autres il fallait soutenir les partis nationalistes kurdes. Et certains allaient jusqu’à soutenir des régimes anti-ouvriers et dictatoriaux comme la Libye ou l’Iran au nom de la « lutte anti-impérialiste ».

Lire la suite »





Francfort : Solidarité avec les révolutions en Tunisie, Egypte et Iran

13 02 2011

Rassemblement à Francfort le 11 février de réfugié(e)s d’Egypte, de Tunisie et d’Iran et de citoyens allemands en soutien aux révolutions et contre les dictatures.

Vidéos :

Un réfugié égyptien souhaite au peuple iranien qu’il connaisse la même chose que le peuple égyptien :

Lire la suite »





Le dictateur a dégagé, la dictature aussi doit dégager

12 02 2011

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, 11 février 2011 :

Le dictateur a dégagé, la dictature aussi doit dégager

Avec la chute de Moubarak sous la pression puissante de la révolution, la population d’Egypte a accompli son premier but. Un dictateur qui, depuis près de 30 ans a fait de la vie des gens un enfer dans un pays basé sur le modèle du capitalisme de l’économie de marché et avec le soutien politique et militaire total des Etats-Unis et des autres gouvernements occidentaux, a été forcé de démissionner. Dix huit jours de protestations populaires massives au Caire, à Alexandrie, Suez et d’autres villes, les confrontations intelligentes et courageuses face à tous les complots vicieux du régime et les grèves ouvrières massives ont finalement mis Moubarak à genoux et l’ont forcé à partir.

Lire la suite »








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 37 followers