Téhéran : Non à la guerre !

16 09 2012

Alors que les bruits de bottes résonnent depuis les bureaux des états-majors et des gouvernements en Iran et en Israël, graffitis à Téhéran fait pendant la semaine : « Non à la guerre » en farsi, en hébreux et en anglais.





Graffitis à Ispahan

8 06 2011

Graffitis à Ispahan début juin 2011 :

– « Mort à Khamenei l’assassin »

Lire le reste de cette entrée »





Slogans contre le régime à Ispahan

11 02 2011

Slogans contre le régime à Ispahan le 11 février : « Mort à Janati » (un des dignitaires religieux du régime) et « mort à Khamenei ».





Graffitis contre le régime

8 02 2011

Rues de Téhéran, février 2011 : graffitis contre le régime

Lire le reste de cette entrée »





Gachsaran : « Mort à Khamenei ! »

7 12 2010

Graffiti à sur les murs à Gachsaran, province de Kohkiluyeh et Buyer Ahmad, au Sud-Ouest du pays, le 7 décembre : « Mort à Khamenei ! »





Graffiti à Ispahan

26 09 2010

Graffiti à Ispahan : « Nous dénonçons la présence d’Ahmanidejad à l’ONU », septembre 2010 :





« Mort à Khamenei ! »

7 07 2010

Vidéo : Des jeunes gens invitent la population à protester le 9 juillet. Graffiti : ‘Mort à Khamenei !’





Graffiti en Iran

5 07 2010

Mur en Iran : on peut voir écrit « mort à » (marg bar) certainement destiné au « dictateur » ou à « Khamenei ». Des agents du régime ont recouvert le nom auquel était destiné le « marg bar », puis un nouveau graffiti indique « je l’écrirai à nouveau ».





Graffiti à Ahvaz

9 06 2010

Vidéo : Graffiti à Ahvaz, dans le sud de l’Iran, « le 12 juin (anniversaire du début des grandes manifestations de 2009) nous appellerons à la liberté ».





« Maudit soit Khomeiny, mort à Khamenei »

6 06 2010

Vidéo : Alors que le 4 juin, le régime célébrait l’anniversaire de la mort de Khomeiny, des graffitis se multipliaient à Karaj avec comme slogan « Maudit soit Khomeiny, mort à Khamenei » ou « Maudit soit Khomeiny et ceux qui le suivent ».

On note aussi le 4 juin, une reprise des protestations nocturnes sur les toits, comme à Téhéran ou dans les dortoirs de l’université Azad de Chiraz, où le principal slogan scandé était « mort à Khamenei ».