Deux homosexuels menacés de lapidation

19 01 2011

360°, 19 janvier 2011 :

La lapidation de deux jeunes homosexuels présumés serait programmée pour vendredi dans une ville du nord-ouest de l’Iran.

Deux jeunes hommes de 20 et 21 ans ont été condamné à mort par lapidation à Piranshahr, une localité kurde du nord-ouest de l’Iran, proche de la frontière avec l’Irak. Leur exécution serait prévue ce vendredi 21 janvier. Ayub et Mosleh, dont on ne connaît pas les patronymes, auraient filmé leurs rapports sexuels avec un téléphone portable. Celui-ci serait tombé entre les mains d’agents du régime iranien. Ils y auraient aussi trouvé des montages photographiques représentant le président Ahmadinedjad et le guide suprême de la Révolution Khamenei avec un corps d’âne.

L’information a été révélée par un quotidien local en langue kurde, et repris par le Comité international contre la lapidation.

Lire le reste de cette entrée »





Discrimination et violences à l’encontre des minorités sexuelles

15 12 2010

Human Rights Watch, 15 décembre 2010 :

Les lois et politiques discriminatoires à l’égard des personnes homosexuelles et d’autres minorités sexuelles en Iran les exposent à un risque de harcèlement, de violence et même de mort, a annoncé Human Rights Watch dans un rapport paru ce jour. En Iran, les minorités sexuelles, et en particulier celles qui se reconnaissent comme étant lesbiennes, gays, bisexuels ou transgenres (LGBT), sont victimes de persécutions perpétrées tant par les acteurs publics que privés, notamment parce que ces acteurs savent qu’ils pourront ne pas être inquiétés.

Le rapport de 102 pages, intitulé « We are a Buried Generation: Discrimination and Violence Against Sexual Minorities in Iran » (« Nous sommes une génération sacrifiée : Discrimination et violences à l’encontre des minorités sexuelles en Iran »), fondé sur les témoignages de plus de 100 Iraniens, décrit les discriminations et violences commises à l’encontre de la communauté LGBT et des autres personnes dont les pratiques et l’expression sexuelles ne sont pas en conformité avec les normes socio-religieuses prônées par le gouvernement. Human Rights Watch a analysé ces abus dans le contexte des violations du gouvernement contre l’ensemble du peuple iranien, y compris les arrestations et détentions arbitraires, les intrusions dans la vie privée, les mauvais traitements et la torture infligés aux détenus et l’absence de respect de la légalité et de garanties de procès équitable.

« Les membres des minorités sexuelles sont harcelés de toutes parts en Iran », a déclaré Sarah Leah Whitson, Directrice de la division Moyen-Orient de Human Rights Watch. « Les lois jouent fortement contre eux, l’État fait ouvertement preuve de discrimination à leur encontre, et le risque de harcèlement, de mauvais traitements et de violences est particulièrement élevé car les auteurs de tels actes ont le sentiment qu’ils peuvent impunément prendre ces minorités pour cible. »

Lire le reste de cette entrée »





Affiches pour le 10 octobre, journée mondiale contre la peine de mort

7 10 2010

Quelques affiches à l’occasion du 10 octobre, journée mondiale contre la peine de mort éditées par Iran Solidarity, Mission Free Iran, le Comité International Contre la Lapidation et le Comité International contre les Exécutions.

Voir la résolution sur la peine de mort à l’occasion du 10 octobre.

Lire le reste de cette entrée »





Soutien à Ebrahim Hamidi, condamné à mort pour homosexualité

6 10 2010

Yagg, 4 octobre 2010 :

Ebrahim Hamidi – un jeune Iranien emprisonné, accusé, sans la moindre preuve et sans le moindre témoignage à charge, d’homosexualité et d’acte de sodomie et condamné à mort au mois de juillet dernier – a reçu le soutien officiel de 14 députés*, et de plus de 375 anonymes, à travers l’appel au président de la République intitulé « N’oublions pas Ebrahim Hamidi! », lancé par l’association Le Refuge.


« LA MOBILISATION INTERNATIONALE FAIBLIT »

« Ces députés s’engagent clairement pour la remise en liberté du jeune Ebrahim Hamidi encore torturé aujourd’hui en Iran », déclare l’association dans un communiqué. « Alors que la mobilisation internationale faiblit ou aborde trop peu souvent la situation de ce jeune garçon et des dizaines d’autres condamnés à mort du simple fait de leur homosexualité, le Refuge qui a été reçu au Quai d’Orsay attend une prise de position du Président de la République ».

Lire le reste de cette entrée »





Ecrivains solidaires d’Ebrahim Hamidi

1 09 2010

Dépêche AFP du 31 août 2010 :

Les écrivains français Philippe Besson et Gilles Leroy, rejoints par près de vingt autres personnalités du monde de la culture, lancent un appel en faveur d’un jeune homme condamné à la pendaison en Iran pour homosexualité, publié dans Le Monde daté de mercredi.

Intitulé « Ebrahim Hamidi a 18 ans et il va être pendu », cet appel est notamment soutenu par Alfredo Arias, Dominique Blanc, Arnaud Cathrine, Isabelle Gallimard, Vincent Josse, Claude Lanzmann, Camille Laurens, Jonathan Littell, Paul Otchakowsky-Laurens ou Atiq Rahimi.

« Après Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à la lapidation pour adultère, l’Iran persiste et signe en condamnant à la pendaison un jeune homme soupçonné d’homosexualité », soulignent les écrivains.

Lire le reste de cette entrée »





Le condamné à mort pour «homosexualité» a été transféré à Téhéran

30 08 2010

Article publié par « Têtu » le 28 août 2010 :

Dans une interview à «Libération», une militante basée au Canada nous donne quelques nouvelles de ce jeune homme de 18 ans accusé (à tort) d’homosexualité et condamné à mort. «30 à 40 personnes sont arrêtées chaque année et accusées d’homosexualité», explique-t-elle.

«Quand vous êtes arrêté, il faut nier être homo, sinon vous avez 100% de chances d’être exécuté, explique Saghi Ghahraman, la présidente de l’Iranian Queer Organization (Irqo). Ce n’est pas juste de devoir nier ce que vous êtes, mais les gens n’ont pas le choix.»

Le site internet du quotidien Libération, très mobilisé pour tenter d’empêcher la lapidation à mort de Sakineh Mohammadi, Iranienne condamnée pour adultère (et pour qui une manifestation est organisée ce samedi à Paris), donne la parole à la militante de cette organisation LGBT basée à Toronto sur le cas de Saghi Ghahraman, 18 ans, accusé à tort d’homosexualité et condamné lui aussi à mort (lire notre article).

30 à 40 «homosexuels» arrêtés par an

Dans cette interview, on apprend que le jeune homme est désormais emprisonné à Téhéran, la capitale, après avoir été emprisonné à Tabriz. Selon la présidente de l’Irqo, Ebrahim Hamidi a été arrêté il y a deux ans pour une bagarre avec une bande dont un membre a affirmé avoir été agressé sexuellement, sous pression de sa famille qui était en conflit avec celle d’Ebrahim, avant de se rétracter. Forcé de signer des aveux, il a dû confesser des actes de sodomie qui n’ont pas eu lieu; il a été torturé et n’a plus d’avocat.

Lire le reste de cette entrée »





Le calvaire d’Ebrahim, condamné pour «actes de sodomie»

27 08 2010

Article de Libération, 27 août 2010 :

«Il n’y a pas d’homosexuels en Iran», avait déclaré Mahmoud Ahmadinejad il y a trois ans, devant l’Assemblée générale des Nations unies. Des propos témoignant de la lutte féroce menée par le pouvoir iranien contre l’homosexualité, passible de la peine de mort dans la République islamique.

Depuis, la situation n’a guère changé. Alors que le monde se mobilise pour Sakineh Mohammadi Ashtiani, l’Iranienne condamnée à la lapidation, on parle moins d’Ebrahim Hamidi, un jeune homme accusé d’«actes de sodomie» et condamné à mort.

Saghi Ghahraman, présidente de l’Iranian Queer Organization, basée à Toronto (Canada), dénonce des accusations mensongères.

Où en est le dossier d’Ebrahim Hamidi aujourd’hui ?

Son dossier est examiné par la Cour suprême iranienne. Celle-ci ne s’est pas encore prononcée sur l’exécution. Je pense que l’on aura davantage d’information d’ici une semaine. Quant à Ebrahim, après avoir été détenu à Tabriz, il est désormais emprisonné à Téhéran.

Lire le reste de cette entrée »





Réactions contre l’exécution d’Ebrahim Hamidi

16 08 2010

Article publié par Yagg le 13 août 2010 :

Est-ce un effet de la fuite de leur avocat, Mohammad Mostafaei, vers la Norvège ? Les cas des Iraniens Ebrahim Hamidi – un jeune homme accusé d’homosexualité et condamné à mort par pendaison pour homosexualité – et Sakineh Mohammadi Ashtiani – une jeune mère accusée d’adultère et condamnée à mort par lapidation – viennent de faire l’objet de réactions officielles de la part des États-Unis et du Royaume-Uni.

« Les États-Unis sont profondément inquiets que l’Iran continue de nier les droits civils de ses citoyens, a déclaré mardi Hillary Clinton, la secrétaire d’État américaine. Nous sommes inquiets au sujet du cas de Sakineh Mohammadi Ashtiani, qui a particulièrement attiré l’attention internationale par le verdict rendu d’une condamnation à mort par lapidation. Alors que le gouvernement iranien a par la suite déclaré qu’elle ne serait pas exécutée, son destin n’est pourtant toujours pas clair. Nous sommes aussi très inquiets au sujet du cas d’Ebrahim Hamidi, un jeune de 18 ans accusé d’homosexualité, qui fait face à une exécution imminente malgré le fait qu’il n’a plus de représentant légal. Aucun de ces procès n’a été tenu dans les conditions de transparence et de respect des liberté individuelles garanties par la Constitution iranienne elle-même, et leur avocat, Mohammad Mostafaei, a senti qu’il devait fuir l’Iran après qu’il a été remis en cause par les autorités de son pays et que les membres de sa famille ait été détenus. (…) Les États-Unis demandent expressément au gouvernement iranien de suspendre ces exécutions conformément au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (…) ».

Lire le reste de cette entrée »





Ebrahim Hamidi, 18 ans, condamné à mort pour homosexualité

11 08 2010

Pourquoi il n'y a pas de gays en Iran

Article de Paris Match publié le 11 août 2010 :

Ebrahim Hamidi, un Iranien de 18 ans a été condamné à mort pour «homosexualité et acte de sodomie». Menacé, son avocat, Maître Mohammad Mustafahé (NdR : généralement retranscris Mostafaei), a dû fuir l’Iran d’où il poursuit son combat.

En Iran, l’homosexualité est punie par la peine de mort par pendaison. Comme nombre de ses compatriotes, Ebrahim Hamidi, un Iranien de 18 ans, devrait subir ce sort. Il a été condamné le 21 juin dernier à Tabriz, dans le Nord-ouest de l’Iran, à la peine capitale pour homosexualité et acte de sodomie. Et ce sans qu’aucune preuve tangible n’ait avéré «l’acte anal illicite»; sur le seul fondement de la «connaissance du juge». Et pour cause: Ebrahim Hamidi ne serait même pas gay. L’origine de ce procès serait en fait une banale dispute entre deux familles, soldée par une accusation lancée à la va-vite, et pourtant irrémédiable.

A l’époque, en 2008, Ebrahim et trois jeunes hommes se querellent avec un cinquième. Ce dernier les accuse de l’avoir agressé sexuellement. Tous les quatre sont arrêtés. Ils avouent leur crime, selon la défense, sous la torture. Ils sont condamnés à la peine de mort en première instance, mais la Cour suprême casse ces décisions, à cause d’irrégularités de procédure. Une première fois, puis une deuxième. Les trois comparses d’Ebrahim sont finalement acquittés, mais pas lui. Sa condamnation est confirmée le 21 juin dernier. Le 7 juillet, l’accusateur se rétracte. Dans une lettre adressée à la police, il retire sa plainte et avoue avoir menti, cédant aux pressions de ses parents. La Cour suprême doit désormais décider de faire appliquer la sentence ou non.

Lire le reste de cette entrée »





Un défenseur des droits LGBT en Iran vient de fuir son pays

10 08 2010

Article publié par Yagg le 9 août à propos de Mohammad Mostafaei, avocat et défenseur des droits humains :

Mohammad Mostafaei, l’avocat iranien spécialiste des droits humains dans son pays, notamment de cas de mineurs accusés d’homosexualité et condamnés à mort, ainsi que de cas de femmes accusées d’adultères, a dû fuir l’Iran, il y a quelques jours. Sa vie étant menacée à son tour, il est depuis samedi en exil en Norvège et se dit fortement préoccupé par les cas de condamnations en cours.

Souvenez-vous du cas d’Ebrahim Hamidi. Nous vous en parlions le mois dernier. Ce jeune homme, accusé, sans la moindre preuve et sans le moindre témoignage à charge, d’homosexualité et d’acte de sodomie, venait alors d’être condamné à mort par pendaison à Tabriz, au nord-ouest de l’Iran. Il avait été arrêté sur le simple témoignage d’un garçon de son âge avec qui il venait de se disputer; quelques heures plus tard ce dernier s’était rétracté et admettait avoir menti. Peu importe, Ebrahim Hamidi sera torturé pour avouer les faits et condamné début juillet à la peine de mort. Bien que cette affaire ait été rejetée par deux fois par la Cour suprême d’Iran – après que celle-ci a relevé de nombreuses fautes de procédures – la Cour de la province de Tabriz a insisté pour maintenir son verdict.

UN AVOCAT QUI NE SE TAIT PAS

Si l’histoire d’Ebrahim Hamidi a fait le tour du monde, c’est parce que son avocat n’a cessé de la relayer, notamment par le biais de l’IRQO (Iranian Queer Organisation), l’association iranienne de défense des droits LGBT basée à Toronto, au Canada, qui l’a elle-même transmise à la presse internationale.

Lire le reste de cette entrée »