Entretien avec Asqar Karimi

21 02 2012

La Bataille Socialiste, 20 février 2012 :

Asqar Karimi est président du bureau politique du Parti communiste-ouvrier d’Iran. Dans cette interview en plusieurs parties, il nous raconte son combat politique contre le régime du Chah d’Iran, puis de l’Ayatollah Khomeiny et son engagement dans la guérilla de Komala.

1) « On se considérait comme des Fedayin, mais on ne connaissait même pas leurs buts. »

La première chose que j’aimerais savoir, c’est où tu es né ?

Dans une petite ville au sud de l’Iran, Abarkû, entre Yazd, Ispahan et Chiraz, en 1952. J’ai habité là jusqu’à mes 15 ans. Ensuite, je suis allé étudier à Arvhâz, au Khuzestan, pendant un an, puis j’ai déménagé pour Chiraz, un an aussi, enfin la dernière année de lycée, j’étais à Ispahan, pour deux semaines. Mais c’était très cher, alors je suis allé à Abâdeh, une ville près de la mienne. Quand j’ai fini le lycée, je suis partie à l’université technique. J’ai étudié quatre ans jusqu’à mon arrestation et condamné à huit ans de prison, en 1975. Mais pendant la révolution, j’ai été libéré en février 1979. Je n’ai jamais terminé mes études.

Pourquoi est-ce que tu as été arrêté ?

Parce que j’avais participé à des manifestations à l’université et aussi, parce que j‘étais en lien avec l’organisation des Fedayin [organisation d’extrême-gauche pratiquant la guérilla urbaine], j’avais lu quelques livres, j’en avais fait circuler, voilà…

Lire le reste de cette entrée »





Notre histoire : Komala et la lutte armée au Kurdistan

19 12 2010

Le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran ne s’est pas créé du jour au lendemain, mais dans le cadre des luttes révolutionnaires, d’abord contre la monarchie, puis contre la République Islamique, en Iran.

Vidéo : Chant pour Komala par Nejma Ghulami, ancien peshmerga communiste au Kurdistan

Petit groupe marxiste, l’Union des Militants Communistes, animé par Mansoor Hekmat, Hamid Taqvaee, Azar Majedi, Gholam Keshavarz (assassiné à Chypre en août 1989 par les services secrets iraniens), Iraj Azarin et Mehdi Mirshahzadeh (arrêté à l’automne 1982, torturé et finalement exécuté le 13 mai 1984), se différencie d’une grande partie de la gauche et de l’extrême-gauche iranienne en qualifiant dès 1979 le régime de Khomeneiny de contre-révolutionnaire et de réactionnaire et refusant tout soutien à ce régime. L’Union des Militants Communistes prend ainsi position prend position contre l’imposition du hijab pour les femmes. La pression et la répression croissante du Hezbollah et des forces de répression de la République Islamique contre les militant(e)s communistes ou de gauche va pousser de nombreux militants à se réfugier dans les zones libérées du Kurdistan. La rencontre des militants de l’Union des Militants Communistes et de ceux de Komala amènera à la création du Parti Communiste d’Iran en 1983, puis à la création en 1991 du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran. Aujourd’hui encore, de nombreux militant(e)s et cadres du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran sont issu(e)s de Komala et ont participé aux années de lutte armée contre la République Islamique dans les montagnes du Kurdistan. De nombreuses et nombreux camarades ont également perdu leurs vies dans la lutte pour le socialisme et la liberté lors de la lutte armée au Kurdistan.


Création de Komala

Komala est un mot Kurde qui signifie « société », au sens large comme au sens restreint d’association, de comité ; c’est aussi, depuis 1969, le sigle de l’« Organisation révolutionnaire du peuple ouvrier du Kurdistan ». Le choix de ce nom n’est évident pas neutre, car il évoque le Komala y Jiyanenewe-y Kurd, l’« Association pour la renaissance Kurde ». Cette organisation fondée en 1942, avait favorisé création de l’éphémère République de Mahabad en 1946-47, à la faveur de l’occupation du nord de l’Iran par les troupes soviétiques. C’est aussi, symboliquement, reprendre l’héritage du « Parti démocratique du Kurdistan Iranien » (PDKI), lui-même issu de ce premier Komala, et par ce geste, symboliquement proclamer sa mort en temps qu’organisation révolutionnaire, en reprendre le flambeau.

A l’origine, il s‘agit d’un groupe étudiant d’inspiration maoïste créé à Téhéran par des étudiants kurdes. Il ne compte, à sa création, guère plus de cinq personnes. L’organisation se caractérise par le refus de la guérilla, le rejet du révisionnisme soviétique et celui du nationalisme Kurde. Après quelques années de gestation intellectuelle, Komala va s’engager dans le travail de masse en direction de la classe ouvrière. Elle mène une activité de propagande clandestine, qui lui vaut l’emprisonnement de nombreux militants en 1975. La révolution de 1978 va lui permettre de se développer au grand jour, jusqu’à l’intervention militaire des troupes iraniennes dans la province occidentale. Les militants de Komala vont alors saisir l’occasion historique, en appelant à la résistance armée face au régime islamiste. A la faveur de l’insurrection contre le chah, les Komalistes s’équipent en armes saisies dans les casernes et mettent sur pied un embryon d’organisation militaire.

Lire le reste de cette entrée »





Stratégie de la tension au Kurdistan

27 09 2010

Article publié par HNS-Infos le 27 septembre :

21 septembre : un enfant de quatre ans tué au cours d’affrontements à Saghez

Plusieurs personnes ont été tuées et blessées le matin du 21 septembre 2010 dans la ville de Saghez (une ville qui est située dans la province du Kurdistan d’Iran) au cours d’affrontements armés entre les forces répressives iraniennes du régime et des personnes non identifiées, ces affrontements et des fusillades auraient duré une heure.

Selon les témoignages recueillis par le site afghan Rawanews, suite aux affrontements entre ces cinq personnes non identifiées et les forces répressives du régime dans Ostad-Shirazi Street, un membre des forces de sécurité a été tué et cinq autres ont été blessés.

Pendant les affrontements, un enfant de quatre ans, Namd Matin Ebrahimi, a malheureusement été tué suite à une blessure par une balle perdue.

Lire le reste de cette entrée »





Komala condamne l’attentat de Mahabad

27 09 2010

Communiqué de Komala à propos de l’attentat commis le 22 septembre à Mahabad (Kurdistan) :

Mercredi 22 septembre, à 10 heures 30 du matin, alors qu’il y avait un défilé militaire dans la ville de Mahabad, il y a eu une violente explosion près de la cérémonie et au milieu de civils. Selon les officiels du gouvernement, 11 femmes et enfants ont été tués dans l’explosion et plus de 50 personnes ont été blessées.

Les officiels du gouvernement accusent les partis d’opposition d’avoir commis cette action terroriste.

Le parti Komala du Kurdistan iranien condamne totalement cet acte de terrorisme et déclare que ce genre d’actes terroristes sont étrangers au mouvement kurde et ne peuvent que blesser la juste et démocratique cause des Kurdes d’Iran. Il est nécessaire de rappeler que lors des trois dernières décennies, le mouvement de libération kurde en Iran n’a jamais commis le moindre attentat suicide, assassinat de civil ou autre acte terroriste. Nous croyons fermement que cet acte terroriste ne pourra pas remettre en cause le visage positif qu’a le mouvement kurde au sein de l’opinion publique iranienne et internationale.

Lire le reste de cette entrée »