62.000 avertissements contre des femmes « mal voilées » à Qom

22 06 2010

Dépêche AFP, 21 juin 2010 :

Quelque 62.000 femmes « mal voilées » ont reçu des avertissements de la police dans la province de Qom, dont la capitale à 150 km au sud de Téhéran est la principale ville religieuse d’Iran, a rapporté lundi la presse locale.

Environ « 62.000 femmes mal voilées ont écopé d’avertissements », a déclaré le chef de la police de la province, le colonel Mehdi Khorassani, cité par le quotidien Tehran Emrouz. Ce militaire a ajouté que la police avait également saisi une centaine de voitures « pour mauvais port du voile » par des passagères.

Le chef de la police n’a pas précisé si les avertissements avaient été donnés dans la ville même ou bien sur les routes de la province, ni quelle était la période concernée.

La province de Qom compte un peu plus d’un million d’habitants, concentrés dans cette ville qui est le principal centre religieux du pays.

Lire le reste de cette entrée »





Une banque réservée aux femmes

8 06 2010

Dépêche AFP, 8 juin 2010, sur les tentatives de renforcer l’apartheid sexiste :

La première agence bancaire d’Iran réservée aux femmes et n’employant que du personnel féminin, sécurité comprise, a ouvert ses portes lundi à Machhad (nord-est) afin de promouvoir la culture islamique, a rapporté aujourd’hui la presse locale.

La banque publique Melli veut par cette initiative « promouvoir une culture de chasteté et une sécurité accrue pour la participation des musulmanes iraniennes à la société », a indiqué le PDG de la banque, Mahmoud Reza Khavari, cité par le quotidien Emrouz.

Les religieux radicaux iraniens réclament une politique plus ferme de séparation des sexes dans la société malgré l’obligation faite aux femmes de respecter le code vestimentaire islamique qui ne doit montrer ni les formes ni les cheveux.

Des cours d’université et des parcs publics sont déjà réservés aux femmes, qui voyagent généralement à l’arrière des bus publiques. La mixité est encore la règle dans les taxis, même si des compagnies spécialisées ont été créées ces dernières années, employant du personnel entièrement féminin.

Lire le reste de cette entrée »





Lutte contre le « harcélement » ou renforcement de l’apartheid sexiste ?

25 05 2010

Article publié par RTL Infos le 24 mai 2010 qui montre qu’au nom d’une lutte contre les « automobilistes qui harcèlent les femmes », les forces répressives s’en prennent surtout aux couples qui circulent en voiture :

La police de Téhéran a lancé ces derniers jours à grand renfort de publicité une opération de confiscation de véhicules dont les conducteurs sont soupçonnés de « harceler les femmes », a annoncé lundi l’agence officielle iranienne IRNA.

La police a saisi samedi et dimanche dans le nord huppé de Téhéran une soixantaine de voitures « qui harcelaient les femmes », selon IRNA qui n’a pas précisé ce que les autorités entendaient par « harceler ». « Quand la police a demandé aux conducteurs pourquoi ils harcelaient les femmes, ils ont répondu qu’ils les transportaient comme passagères (…), mais cette réponse n’a pas été acceptée », a ajouté IRNA.

Les véhicules saisis ont été exposés lundi sur un boulevard du nord de Téhéran qui constitue l’un des lieux de rencontre nocturne en voiture des jeunes Téhéranais, selon l’agence.

Lire le reste de cette entrée »





Un totalitarisme contre les femmes

16 05 2010

Pour en rendre la lecture plus facile, la publication en français d’ICAHK (Campagne Internationale Contre les Crimes d’Honneur), « Un totalitarisme contre les femmes. Répercussion des crimes et du système de « l’honneur familial » sur les conditions de vie des femmes » peut désormais être consultée à cette adresse sur scribd.

En Iran, comme dans tout le Moyen-Orient et au-delà (Inde, Pakistan…), des femmes subissent, non seulement les discriminations légales, la terreur de groupes fondamentalistes religieux ou nationalistes, mais aussi les formes les plus violentes de l’oppression patriarcale au nom des traditions, comme les meurtres justifiés au nom de « l’honneur de la famille ».

Présentation du livre :

Basé surtout sur des rapports, témoignages et entretiens réalisés en Palestine et en Israël, ce texte décrit « l’oppression de l’honneur » comme une oppression de type totalitaire.

Lire le reste de cette entrée »





La guerre permanente des mollahs contre les femmes

8 05 2010

Extraits d’un article de « Elle » publié le 8 mai 2010 :

Être belle, ou, pire, se faire belle, est passible de prison en Iran. Le chef de la police de Téhéran a prévenu : toute femme surprise le visage hâlé sera immédiatement arrêtée. « Nous devons être fermes envers les femmes au comportement défiant la loi islamique, a-t-il martelé. On voit dans le nord de Téhéran des femmes et des jeunes filles bronzées comme des mannequins. C’est intolérable. »

Lire le reste de cette entrée »





Femmes et tremblement de terre : comédie ou tragédie ?

6 05 2010

Lettre de Khalil Keyvan datée du 28 avril 2010 à la militante féministe et athée Jennifer McCreight qui s’est moquée de la déclaration d’un mollah selon laquelle les femmes seraient responsables des tremblements de terre en Iran.

Chère Jennifer,

Comme des millions de gens, tu t’es, comme moi, moquée des mollahs incontrôlables. Depuis ces trente et une dernières années, ils ont été sujets au ridicule, une riche source d’inspiration pour de nombreuses blagues originales. Ils ont toujours été marginalisés et des personnes haïes par la société. Cependant, personne ne pouvait imaginer que de telles créatures puissent un jour décider du sort d’un peuple. Aujourd’hui, plus que jamais, ces types sont détestés pour leur inimaginable cruauté.

Et qui aurait imaginé qu’une remarque aussi stupide d’un mollah sur les tremblements de terre et le voile aurait une telle couverture médiatique. Une telle satire s’est rarement autant diffusée à travers le monde et unie autant les gens autour d’elle. Ta créativité et ton initiative apparaissent comme la preuve d’un véritable mouvement global pour combattre les mollahs et soutenir la cause de la libération des femmes en Iran, ce qui est très appréciable.

Nous rions ensemble. Pourtant, mon rire est aussi amère. Alors que je ris, la tragédie humaine des 31 dernières années de pouvoir islamique en Iran défile devant moi comme un film. Cette comédie est le reflet d’une énorme tragédie humaine pour une population qui a le plus souffert de cette sauvagerie. Pendant 31 ans, nous avons ridiculisé ces mollahs, alors qu’en même temps nos coeurs pleuraient. Je me rappelle de mes amis, et des dizaines de milliers de gens, qui ont été exécutés par ces brutes, de mon jeune ami qui aurait voulu jouer avec son père qui a été pendu par ces mêmes gens, et de mon propre enfant né dans une prison et qui à cause du manque d’hygiène de cet environnement n’a vécu qu’un seul mois.

Lire le reste de cette entrée »





A Hassi Messaoud comme ailleurs, halte à la terreur misogyne !

20 04 2010

Nous avions déjà publié plusieurs articles sur la vague de violences et de terreur misogynes à Hassi Messaoud (Algérie), en particulier l’appel à envoyer le plus massivement possible des courriers à Madame Rashida Manjoo, Rapporteure spéciale sur les violences faites aux femmes à l’ONU. Cette nouvelle vague de violences et de terreur à l’encontre des femmes vivant seules dans cette ville ouvrière et industrielle, l’absence totale de protection de la part de la police et des autorités algériennes dans cette ville qui est réputées être une des plus sûre d’Algérie et de véritables jugements et condamnations des hommes qui ont appelé et participé au véritable pogrom misogyne du 13 juillet 2001, tout cela rappelle malheureusement trop ce que subissent bien des femmes, au Maghreb comme au Machrek, en Afrique ou au Moyen-Orient, victimes des pires traditions patriarcales, des appels à la haine des intégristes et des législations discriminatoires.

Pour plus d’informations, un blog assez complet publie de très nombreux articles en français tant sur les crimes de 2001 que de ceux de 2010 : Femmes de Hassi Messaoud

Quelques nouveaux articles :

Non au Lynchage des femmes ! Non à « l’amnistie nationale » !

Nous sommes révoltées devant la folie meurtrière des intégristes islamistes qui a fait une nouvelle fois rage dans le quartier « d’El Haicha » à Hassi-Messaoud, ville pétrolifère du Sud de l’Algérie. Nous n’avons pas oublié la nuit funèbre du 13 juillet 2001 au cours de laquelle près de cinquante femmes ont vécu le martyre dans ce même quartier. En effet, cette nuit là, plusieurs centaines d’individus déchaînés suite au prêche d’un imam s’étaient armés de matraques, de couteaux et de sabres pour s’attaquer aux travailleuses et à leurs enfants.

Jusqu’où ira la barbarie ? Près de dix ans après l’expédition punitive de 2001 le scénario de l’horreur se reproduit encore ! A nouveau le sabre, le couteau, la hache et le bâton contre des femmes sans défense. Elles sont agressées, torturées, violées, assassinées. Depuis plusieurs semaines, le terrorisme fait de nouveau rage et les femmes, toujours et encore elles sont les boucs émissaires d’agresseurs qui tentent d’imposer leur ordre à la société.

Malgré les dépôts de plainte au commissariat, la police s’est figée dans une inertie totale. Les plaintes sont classées sans suite. Aucune mesure n’est prise pour juguler le climat de violence. Dans cette zone sous haute protection, cela signifie-t-il qu’aux yeux des pouvoirs publics algériens la sécurité des bases pétrolières est plus précieuse que les vies humaines !!

Lire le reste de cette entrée »





Arrestation de supportrices de l’équipe de foot de Tractor Sazi

19 04 2010

Street Journalist, 18 avril 2010 :

Les forces de police et de sécurité ont arrêté 25 supportrices et supporteurs de l’équipe de foot de Tractor Sazi (équipe de Tabriz) le vendredi 16 avril et les a libéré(e)s après plusieurs heures d’interrogatoire. Selon Salvan Sasy, lors du match entre Tractorsazi et Persepolis de Téhéran le vendredi 16 avril, les forces de police ont attaqué les supportrices de l’équipe qui s’étaient rassemblées sur les collines autour du stade Sahand pour regarder le match avec leurs familles.

Suite à l’attaque policière, environ 25 supportrices et supporteurs ont été arrêté(e)s, surtout des femmes qui s’étaient rassemblées à cet endroit. Ali Khodaie et Babak Khodaie ont été arrêtés avec leurs épouses. Selon des sources fiables, les personnes arrêtées ont été emmenées au poste de police N°22 de Tabriz et ont été temporairement libérées après quelques heures d’interrogatoire, leurs téléphones portables et leurs cartes d’identité ont été confisqués. Ces personnes ont été convoquées à la station de police n°22 le samedi 17 avril pour y répondre aux questions des enquêteurs. Ces arrestations ont eu lieu suite à l’appel de militant(e)s sociaux azéris et des femmes supportrices de l’équipe Tractorsazi de se rassembler sur les collines autour du stade pour soutenir leur équipe.

Lire le reste de cette entrée »





Délire misogyne des ayatollahs

18 04 2010

Une brève publiée le 18 avril par « Le Progrès » montre bien jusqu’où peuvent aller les délires misogynes des dirigeants de la République Islamique et, au-delà, des islamistes partout dans le monde. Tout comme l’extrême-droite européenne désigne, selon les lieux et les époques, les « juifs », les « arabes », les « tsiganes » ou les « étrangers » comme responsables de tous les maux, l’extrême-droite islamiste, au Maghreb comme au Machrek, en Afrique comme au Moyen-Orient, désigne les femmes. Le chômage ? La pauvreté ? Les problèmes sociaux ? C’est la faute aux femmes ! Et même pour les catastrophes naturelles, comme les tremblements de terre, l’islamisme politique a trouvé les responsables : les femmes ! Pas assez voilées, habillées de façon « trop immodestes », « trop occidentalisées », « pas assez soumises »… Mais comme pour le raciste, « l’étranger » peut bien manger du cassoulet au petit-déjeuner et chanter la Marseillaise sous la douche, il sera toujours « trop étranger », la femme, pour les islamistes, peut bien être séparée du reste de l’humanité par le hidjab ou le niqab, elle sera, toujours, « trop femme » et surtout, jamais, « assez soumise ».

Brève publiée par « Le Progrès » :

L’augmentation des relations sexuelles illicites est la cause de l’accroissement des tremblements de terre, selon l’ayatollah Kazem Sedighi, imam de la prière du vendredi de Téhéran. « Beaucoup de femmes mal habillées » (ne respectant pas la tenue islamique, ndlr) « corrompent les jeunes, et l’augmentation des relations sexuelles illicites fait accroître le nombre des tremblements de terre », a-t-il déclaré.





Violences misogynes à Hassi Messaoud

17 04 2010

Hier, nous avions publié des articles et appels à propos de la vague de terreur et de violences misogynes à Hassi Messaoud en Algérie. Cette vague de violences misogynes est particulièrement significative de la véritable guerre contre les femmes menées par les courants réactionnaires islamistes. Le sexisme, comme le racisme, est une honte pour l’humanité !

  • Interview de Nadia Kaci, L’Express, 14 avril 2010

« Une volonté politique de nuire aux femmes algériennes »

Depuis plus de deux mois, la ville algérienne d’Hassi Messaoud est le théâtre d’expéditions punitives ultra violentes, menées par des groupes d’hommes contre des femmes. Une situation que la ville avait déjà connue en 2001. La comédienne algérienne Nadia Kaci avait prêté sa plume à deux victimes pour témoigner. Aujourd’hui, elle nous explique le retour du phénomène.

Depuis quand les violences ont-elles repris, et sous quelle forme ?

Ça a recommencé il y a un peu plus de deux mois et demi. Pratiquement toutes les nuits, des groupes d’hommes défoncent les portes, entrent et agressent les femmes à l’arme blanche. Ils les violent, les torturent et pillent leur maigre bien. C’est très comparable aux évènements de 2001, sauf qu’à l’époque, plus d’une centaine de femmes avait été agressée en trois nuits. Là, les violences sont les mêmes mais s’étendent dans la durée.

En 2001, un imam radical semblait, par ses prêches, être l’instigateur de ces expéditions. Est-il toujours en poste à Hassi Messaoud ?

Les femmes qui ont témoigné récemment m’ont raconté qu’un imam avait chauffé à blanc les hommes dimanche ( 11 avril, ndlr) soir. Mais elles n’ont pas su me dire son nom.

Comment réagissent les autorités locales à cette nouvelle vague d’agression ?

Dernièrement, la voisine d’une victime a appelé la police à deux reprises pendant une attaque. La première fois, ils lui ont dit d’aller se recoucher. La seconde, ils lui ont raccroché au nez. Après, ça ne répondait plus. On a vraiment l’impression de vivre dans une zone de non-droit. Certains disent que les policiers eux-mêmes ont peur des représailles s’ils interviennent. D’autant plus qu’il n’y a pas de suites judiciaires lorsque les suspects sont arrêtés.

Lire le reste de cette entrée »