Au nord comme au sud de la Méditerranée : Qu’ils dégagent tous !

4 03 2011

Editorial du numéro de mars de « Communisme-Ouvrier« , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Après Ben Ali le 14 janvier, c’est Moubarak qui a, sous la pression de la rue, des grèves ouvrières et des manifestations, du quitter le pouvoir. Le formidable mouvement révolutionnaire commencé en Tunisie n’en finit pas de s’étendre : malgré la répression sanglante, avec des armes vendus par l’Etat et les capitalistes français, les jours de Kadhafi sont comptés, et les manifestations, grèves et protestations touchent désormais toute l’Afrique du Nord et tout le Moyen-Orient. Du Maroc à l’Iran, partout, la classe ouvrière et la population se lèvent pour le pain, la liberté et la dignité humaine. La même colère, la même révolte et les mêmes slogans apparaissent dans toute la région, que les régimes soient désignés « pro-occidentaux » ou « anti-occidentaux ». A la propagande du régime islamique qui affirmait que le peuple d’Egypte voulait l’application de la Charria, la population iranienne a répondu par de puissantes protestations les 14 et 20 février, criant « Moubarak, Ben Ali, et maintenant au tour de Said Ali » (c’est-à-dire Khamenei, le « leader suprême » du régime). En Irak, après des années d’occupation et de guerres sectaires entre réactionnaires religieux et nationalistes, chiites et sunnites, kurdes et arabes s’unissent dans une même lutte pour exiger une vie meilleure. Des manifestations sont déjà prévues le 20 mars dans cette monarchie ultra réactionnaire qu’est l’Arabie Saoudite, et, à des milliers de kilomètres des protestations se préparent en Chine alors que, pour la première fois depuis des décennies on a manifesté en Corée du Nord.

A l’inverse de l’espoir qui monte dans le coeur de celles et ceux qui souffrent de l’ordre capitaliste actuel, tous les régimes, Etats et gouvernements réagissent effrayés, devant la montée des protestations. Monarchistes, nationalistes kurdes ou arabes, islamistes ou démocrates occidentaux, tous les partis et toutes les fractions de la bourgeoisie locale comme internationale cherchent, par tous les moyens, à éteindre l’incendie. Sans parler du bain de sang en Libye, commis avec des armes françaises, les exécutions s’intensifient en Iran pour terroriser la population et les 14 et 20 février, les forces du régime ont assassiné à Téhéran et à Chiraz alors que la répression des manifestations du 26 février au Maroc ont fait un mort à Fez et des dizaines de blessés à Agadir dont trente camarades du groupe « Marxistes Révolutionnaires ». En Palestine, les deux factions rivales de la bourgeoisie, le Hamas qui contrôle la Bande de Gaza et le Fatah au pouvoir au Cisjordanie, ont toutes les deux réprimé les manifestations de soutien à la révolution en Egypte, alors que le gouvernement israélien faisait part de son soutien à Moubarak, démontrant une fois encore que bourgeois et politiciens peuvent se faire des guerres, que les populations paient par le sang et la mort, mais qu’ils se retrouvent bien unis face à la révolte des exploité(e)s. En Egypte, la junte militaire au pouvoir tente, après le départ de Moubarak, de mettre fin aux grèves ouvrières, et les Etats-Unis ont cherché toutes les possibilités de nouveau gouvernement pour remplacer Moubarak, allant jusqu’à discuter avec les Frères Musulmans qui ont oublié leur rhétorique anti-impérialiste pour répondre présents.

Lire le reste de cette entrée »





Lyon : Succès du meeting internationaliste du 24 février

25 02 2011

Avec plus de 130 participant(e)s, le meeting organisé le 24 février à Lyon en solidarité avec les luttes au Maghreb et au Moyen-Orient a été incontestablement un succès. A la tribune se sont succédés des militants de plusieurs organisations révolutionnaires d’Afrique du Nord et d’Iran, avec Loumamba Mohsni pour la Ligue de la gauche ouvrière (Tunisie), Zyed Dhimene pour les Marxistes Révolutionnaires (Maroc), Mohammed Yefsah pour le Parti Socialiste des Travailleurs  (Algérie) et Yadi Kohi pour le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (Iran).

Photos du meeting en attendant des vidéos :

Lire le reste de cette entrée »





Vive la révolution pour le pain et la liberté !

24 02 2011

Intervention de Yadi Kohi, militant du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) lors du meeting du 24 février à Lyon en solidarité avec les révolutions au Maghreb et au Moyen-Orient :

Cher(e)s camarades

J’interviens au nom du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran. Et au nom du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, je salue le peuple Tunisien, Egyptien, Libyen, Algérien et tous les autres qui sont entrés dans ce formidable mouvement révolutionnaire contre les dictatures et pour le pain et la liberté.

Comme vous le savez, nous avons déjà connu en Iran une révolution contre la monarchie. Je voudrais revenir sur cette révolution pour montrer comment une révolution avance mais aussi comment elle peut-être brisée par la bourgeoisie.

En 1964, la monarchie déclare la révolution blanche. A ce moment le peuple d’Iran va vers les grandes villes, Tabriz, Mashhad, Téhéran, etc pour aller travailler dans les usines. Beaucoup restent dans les banlieues des grandes villes et ont besoin de logements. Les gens se construisent des cabanes et la police, la gendarmerie et les bulldozers viennent les détruire.

Lire le reste de cette entrée »





Protestations et répression en Irak

22 02 2011

Communiqué de nos camarades du Parti Communiste-Ouvrier de Gauche d’Irak, 13 février 2011, à propos des protestations et de la répression en Irak :

Manifestation contre le chômage, Bagdad 11 février 2011

Tirs et assassinats de manifestants à Bagdad et dans d’autres villes en Irak

Le gouvernement des milices islamistes-nationalistes d’Irak est terrifié par la chute des régimes en Egypte et en Tunisie !

Selon les nouvelles, le gouvernement Maliki a ouvert le feu sur des manifestants dans la zone de Al Khadraa, tuant et blessant treize personnes et a violemment attaqué les manifestants. Il est important de noter que les manifestations en Irak se développent rapidement dans toutes les villes, du nord au sud. Des manifestants en colère sont descendus dans les rues à Bassorah, Nasiriyah, Diwaniyah, Amarah, Bagdad, Kirkouk et d’autres villes, avec un silence des médias sur des protestations qui ne cessent de grossir. Des jeunes, des ouvriers et leurs organisations sont les éléments principaux des manifestations. Ils lancent des slogans et des revendications de nature politique et économique, comme des allocations-chômage et des emploi, l’électricité, l’augmentation des rations alimentaires, ainsi que le jugement des fonctionnaires corrompus, la libération des prisonniers politiques et pour de larges libertés politiques et individuelles. Le mouvement continue et se développe en force et en intensité.

Lire le reste de cette entrée »





Révolution au Maghreb et au Moyen-Orient : Qu’ils dégagent tous !

19 02 2011

Abandonnant la perspective de la révolution, du socialisme et du pouvoir ouvrier, toute une partie de la gauche et même de l’extrême-gauche, au nom du tiers-mondisme ou du nationalisme, avait aussi abandonné, pour le sud de la Méditerranée du moins, les principes de la lutte des classes, c’est-à-dire de la lutte des travailleurs et travailleuses contre le patronat, des exploité(e)s contre les exploiteurs, pour une lutte de tel ou tel peuple, derrière un parti ou un Etat bourgeois tant qu’il était considéré comme « anti-impérialiste ».

Pour cette gauche anti-impérialiste, le temps n’était plus, en tout cas au Maghreb et au Moyen-Orient, à la lutte de la classe ouvrière contre la bourgeoisie et ses différentes fractions, mais à celle d’une fraction de la bourgeoisie considérée comme « progressiste » au nom de son opposition aux Etats-Unis et à ses alliés. Il fallait donc affirmer son soutien à l’OLP, puis au Hamas et au Hezbollah, au nom de la lutte contre le colonialisme d’Israël. Pour d’autres il fallait soutenir les partis nationalistes kurdes. Et certains allaient jusqu’à soutenir des régimes anti-ouvriers et dictatoriaux comme la Libye ou l’Iran au nom de la « lutte anti-impérialiste ».

Lire le reste de cette entrée »





Le dictateur a dégagé, la dictature aussi doit dégager

12 02 2011

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, 11 février 2011 :

Le dictateur a dégagé, la dictature aussi doit dégager

Avec la chute de Moubarak sous la pression puissante de la révolution, la population d’Egypte a accompli son premier but. Un dictateur qui, depuis près de 30 ans a fait de la vie des gens un enfer dans un pays basé sur le modèle du capitalisme de l’économie de marché et avec le soutien politique et militaire total des Etats-Unis et des autres gouvernements occidentaux, a été forcé de démissionner. Dix huit jours de protestations populaires massives au Caire, à Alexandrie, Suez et d’autres villes, les confrontations intelligentes et courageuses face à tous les complots vicieux du régime et les grèves ouvrières massives ont finalement mis Moubarak à genoux et l’ont forcé à partir.

Lire le reste de cette entrée »





Après l’Egypte, l’Iran ?

11 02 2011

Interview d’un jeune manifestant au Caire (Egypte) après l’annonce du départ de Moubarak. Il dit penser que le prochain pays du Moyen-Orient qui sera touché par la révolution sera peut-être l’Iran et répond aux dirigeants de la République Islamique qui voyait en Egypte une « révolution islamique », que le mouvement en Egypte n’a rien à voir mais est une révolution du peuple contre la dictature.





Egypte : La révolution pour le pain et la liberté

5 02 2011

Article de notre camarade Ahmad Fatemi publié en anglais le 5 février par Mission Free Iran :

Après avoir suffoquée des décennies sous la dictature, la population d’Egypte a envahi les rues par millions pour dire qu’il y en a assez, que les gens ne peuvent plus accepter cela et qu’ils méritent une vie humaine.

Les événements en Egypte ne sont pas un coup de tonnerre dans un ciel bleu, les révolutions ne le sont jamais. Si les événements en Tunisie, un autre pays d’Afrique du Nord où brule le sentiment révolutionnaire, peuvent être considérés comme un détonateur, la société égyptienne est depuis longtemps une bombe à retardement prête à exploser à tout moment. Cette explosion était inévitable, et si le genre humain extérieur était dans l’ignorance des souffrances indescriptibles du peuple égyptien pendant ces dernières décennies, si le monde a intentionnellement maintenu l’obscurité pour qu’on voit pas l’inimaginable pauvreté, la famine, le chômage, l’exploitation barbare des masses, la corruption et la misère et si le monde a été mis dans l’ignorance de leurs inévitables conséquences, c’est-à-dire l’oppression, l’Etat policier et la répression constante, des milliers et milliers d’emprisonnés, de torturés et d’assassinés, l’humiliation quotidienne et la corruption bouffant toute la société de l’intérieur, et la rage accumulée pendant des années, le monde doit voir et être témoin du développement et de l’intensification des protestations radicales de la classe ouvrière égyptienne, de la majorité de la population d’Egypte.

Aujourd’hui en Egypte, 80% d’une population de 80 millions de personnes vit sous le seuil de pauvreté et 40% de la population vit avec moins de 2 $ par jour, et il n’est pas nécessaire d’être un analyste socio-économique pour comprendre que cette situation n’est pas vivable. Mais comme dans d’autres entités dictatoriales et leurs alliés soi-disant démocratiques, les politiques ne se basent pas sur la logique, mais plutôt en gains politiques à court terme, ne se basent pas sur la solidarité et les sentiments humains, mais sur les intérêts politiques et économiques immédiats.

Lire le reste de cette entrée »





A propos de la révolution en Egypte

4 02 2011

Intervention de Issam Shukri, secrétaire général du Parti Communiste-Ouvrier de Gauche d’Irak, sur la révolution en Egypte, 4 février 2011 : la victoire de la révolution en Egypte nécessite l’offensive et la destruction de l’appareil du régime (en arabe).





Discussion en ligne sur les révolutions en Tunisie, Egypte et ailleurs

2 02 2011

Si rien n’est encore gagné, tant en ce qui concerne les revendications de liberté que les revendications sociales de la population tunisienne, la fuite du départ du dictateur Ben Ali le 14 janvier grâce à la révolution est déjà un évènement historique. Après la Tunisie, c’est la population d’Egypte qui se soulève contre la dictature de Moubarak, et les protestations s’intensifient dans tous les pays arabes, comme au Yémen, en Algérie, en Syrie, etc. Du Maroc aux monarchies du Golfe, tout le monde regarde, avec espoir pour la population et la classe ouvrière, avec terreur pour les dictateurs et têtes couronnés, les révoltes et révolutions de Tunisie et d’Egypte.

Pour discuter et tenter d’analyser les révolutions en Tunisie, en Egypte et ailleurs, les militants de l’Initiative Communiste-Ouvrière organisent une réunion publique en ligne (sur Paltalk) le mardi 15 février à 20 h 30.

Lire le reste de cette entrée »