Communiqué d’Amnesty International à propos ans des exécutions au Sistan-o-Balouchestan

23 12 2010

Communiqué d’Amnesty International à propos ans des exécutions au Sistan-o-Balouchestan, HNS-Infos, 23 décembre 2010 :

Amnesty International a condamné l’exécution, qui s’est déroulée en Iran lundi 20 décembre dans la matinée, de 11 hommes accusés d’avoir joué un rôle dans l’attentat à l’explosif qui a tué plus de 39 personnes – pour beaucoup des fidèles rassemblés à la mosquée – mercredi 15 décembre à Chabahar.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, les 11 hommes pendus à la prison de Zahedan entretenaient des liens avec le Mouvement iranien de résistance des peuples, aussi appelé Joundallah (Soldats de Dieu), qui a revendiqué l’attaque du 15 décembre à Chabahar, dans le sud-est de l’Iran, où vit la minorité baloutche.

« L’attentat de la semaine dernière est un acte atroce et nous le condamnons fermement, mais nous condamnons de la même façon ces exécutions qui ont toutes les apparences d’un acte de représailles, et non pas de la justice », a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Aucun renseignement concernant les charges retenues, si tant est qu’il y en ait, n’a été rendu public par les autorités pour six des hommes condamnés, ni aucun détail relatif aux procès des 11 hommes – procès qui se sont certainement déroulés devant des tribunaux révolutionnaires, qui sont notoirement iniques.

Quatre des 11 hommes auraient été reconnus coupables de mohareb (inimitié à l’égard de Dieu) pour prise d’armes contre l’État, enlèvement et autres infractions.

Lire le reste de cette entrée »





Onze exécutions au Sistan-o-Balouchestan

20 12 2010

Les 11 personnes qui ont été exécutées ce matin dans la Province de Sistan-o-Balouchestan étaient accusées de collaboration avec l’organisation terroriste Jundallah. Ces personnes comme la majorité des victimes d’exécutions en Iran n’ont même pas eu accès à un avocat. Nous ne condamnons pas seulement la peine de mort sous toutes ses formes et quelque soit l’acte d’accusation, mais nous déclarons en même temps que le système judiciaire du régime est une organisation criminelle.

Dépêche AP, 20 décembre 2010 :

L’Iran a exécuté par pendaison 11 militants d’un groupe armé sunnite, Jundallah, condamnés pour des attentats à la bombe, a annoncé lundi une agence de presse officielle Irna.

Ebrahim Hamidi, chef du département de la Justice de la province du Sistan-Baluchistan, dans le sud-est du pays, a expliqué à Irna que les onze hommes ont été pendus à l’aube dans la ville de Zahedan, capitale de la province.

Le groupe Jundallah, ou Soldats de Dieu, a revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques contre des militaires ou des civils ces dernières années, notamment un attentat contre une mosquée mercredi dernier, qui a tué 39 fidèles.





A propos de l’attentat revendiqué par Joundallah

17 12 2010

Dans un communiqué daté du 16 décembre et publié sur le site Rowzane, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) revient sur l’attentat anti-chiite perpétré par le groupe fondamentaliste sunnite Joundallah (les soldats de Dieu) dans la ville de Chabahar (Province du Sistan-o Balouchestan) le mercredi 15 décembre et qui a fait 39 morts et plus de cinquante blessés.

Après avoir rappelé que le groupe Joundallah et la République Islamique ont une même nature réactionnaire et sont deux ennemis de la liberté, le PCOI condamne fermement cet attentat-suicide qui, en plus des victimes directes, renforce la militarisation de la région et rend encore plus difficile la lutte de la population pour ses droits face au régime.

En conclusion, le PCOI adresse ses condoléances aux familles des victimes et appelle la population de Chahabar et de la Province du Sistan-o Balouchestan a rejeté tant le régime islamique que le groupe Joundallah et les tentatives réactionnaires de diviser la population et de créer des hostilités sur des bases religieuses (sunnites / chiites) ou ethniques (baloutches / non-baloutches), et au contraire de s’unir quelque soit la religion ou la nationalité pour la liberté et le renversement de la République Islamique.





Discours à l’Université de Sistan-o-Balouchestan

8 12 2010

Courageux discours d’un militant étudiant le 7 décembre à l’Université de Sistan-o-Balouchestan (sud-est de l’Iran, près de la frontière pakistanaise) à l’occasion du 16 Azar, journée des étudiants.

Après avoir parler de la situation catastrophique en Iran aujourd’hui et de la nécessité de se regrouper, il annonce les revendications minimums des étudiants :

1) Libération de tous les prisonniers politiques en particulier étudiants.

2) Réintégration des étudiants exclus des universités par le gouvernement.

Lire le reste de cette entrée »





Un jeune Balouch de 15 ans risque l’exécution

12 07 2010

Irania.fr :

Hrana, 9 juillet 2010 : Un jeune Balouch iranien qui a été kidnappé par des agents du ministère des Renseignements il y a sept mois risque d’être exécuté.

Mohammad Saber Malek Raisi, quinze ans et originaire de Sarbaz, est accusé d’avoir travaillé avec une organisation anti-gouvernementale. Les agents du Renseignement ont fait pression sur Mohammad Saber Raisi Malek dans le but de le forcer à avouer qu’il travaillait avec l’organisation anti-gouvernementale Jundallah. Les agents du Renseignement ont contacté la famille de Mohammad pour les informer de l’intention de l’exécuter s’il ne dévoilait pas où se trouve son frère aîné qui serait membre de l’organisation Jundallah. Il est rapporté qu’il n’y a eu aucune accusation officielle ou condamnation déposée contre Mohammad Saber Raisi par la Justice iranienne.





Protestation à l’université de Sistan-o-Balouchestan

13 06 2010

Images de la manifestation étudiante du 12 juin à l’Université de Sistan-o-Balouchestan, au sud-est du pays (vers la frontière avec le Pakistan).

Lire le compte-rendu





Manifestation à l’université du Sistan-o-Balouchestan

13 06 2010

Street Journalist, 13 juin 2010 :

RAHNA – Le samedi 12 juin 2010, une manifestation silencieuse et une grève de la faim ont été organisées à l’Université du Sustan-o-Balouchestan (NdT : Province du sud-est de l’Iran, vers la frontière pakistanaise). Un millier de personnes environ, des Baloutches, des Kurdes, des Lors ou d’autres origines, ont participé à cette action.

Selon RAHNA, lors de la grève de la faim, plusieurs membres de l’équipe du comité de discipline de l’université ont cherché à créer des conflits et des bagarres, mais cela a pu être résolu grâce à la conscience des étudiants.

A la fin du rassemblement, les étudiants ont fait une grande chaîne humaine et ont annoncé qu’ils tiendraient d’autres rassemblements si des sanctions disciplinaires sont prises contre eux.

Quelques jours avant, le Docteur Rezvani, secrétaire des affaires étudiantes, et Shams Najafi, secrétaire du comité de discipline, avaient convoqué des militants étudiants et les ont menacés pour créer de la peur chez les étudiants et éviter toute protestation lors de l’anniversaire des élections.





Le nombre d’opposants menacés d’exécution passe à 66

31 01 2010

Avertissement du Comité International Contre les Exécutions, 31 janvier 2010, qui complète le communiqué du  28 janvier :

Selon un rapport récent du 28 janvier, alors qu’étaient exécutés Mohammad Reza Zamani et Arash Rahmani, deux opposants politiques au régime, deux blogueurs, Mehrdad Rahimi et Kohyar Goudarzi, ont été désignés comme combattants pour leur collaboration avec le Comité des Droits Humains, et condamnés à mort. Selon les dernières nouvelles, Aziz Mohammadzadeh, un militant politique kurde, qui a aussi été condamné à mort, s’est mis en grève de la faim pour protester contre cette peine. Les forces de sécurité l’ont transféré dans une cellule d’isolement des services de renseignements dans la ville de Saghez.

La République Islamique empêche que soit connu tout nom de prisonnier politique menacé d’exécution et tente de cacher leurs noms et leur nombre au monde extérieur. Selon l’équipe de recherche du Comité International contre les Exécutions, 66 prisonniers politiques sont menacés d’exécution. La liste comprend 29 personnes du Kurdistan, 12 de la Province de Sistan-o-Balouchestan, 12 d’Ahvaz et 13 de Téhéran. Cette liste est actuellement en train d’être complétée.

Lire le reste de cette entrée »





63 prisonniers politiques menacés d’exécution

28 01 2010

Dans un communiqué publié le 28 janvier sur le site Rowzane, le Comité International contre les Exécutions donne une liste avec les noms de 63 prisonniers politiques menacés d’exécution en Iran.

Selon ce décompte, on trouve parmi ces 63 prisonniers politiques, 28 dans les couloirs de la mort au Kurdistan, 12 dans ceux de la province du Sistan-o-Balouchestan, 11 dans ceux de Téhéran et 12 dans la prison d’Ahvaz (Khuzestan).

Le Comité International contre les Exécutions appelle toutes les organisations des droits humains, partis politiques, organismes concernés et institutions à travers le monde à se mobiliser contre les exécutions et la peine de mort en Iran.