Le marxisme et le monde actuel [2]

1 10 2010

Deuxième partie de l’interview de Mansoor Hekmat, fondateur du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, « Le marxisme et le monde actuel » traduite par l’Initiative Communiste-Ouvrière. Cette interview a été publiée pour la première fois en anglais dans « International », le journal du Parti communiste-ouvrier d’Iran, n°1, février 1992 [Première partie ici]. Première publication en français par la Bataille Socialiste.

International : Quelle est l’alternative de la société socialiste pour la compétition et la motivation individuelle ? Comment une société socialiste peut-elle assurer une amélioration constante des méthodes de production, une augmentation de la diversité et la qualité des produits, le développement technologique et d’innovation, voire ce que, sous le capitalisme, nous appelons des révolutions technologiques ? Quel type de mécanisme va assurer le mouvement constant de l’être humain vers l’innovation et l’amélioration de la production ?

Mansoor HEKMAT : L’innovation technique et l’amélioration de la qualité des productions ne sont pas une invention du capitalisme, pas plus que la production des biens de subsistance. Dans le système capitaliste, le mouvement constant de l’être humain pour reproduire et améliorer ses conditions de vie est organisé d’une manière particulière. Dans ce mode de production, la compétition et l’incitation individuelle ne sont pas l’origine du progrès technique. Ce sont les moyens par lesquels les nécessités fondamentales qui exercent leur pression sur le capital social total, sont transmises aux entreprises et aux individus sur le marché et activent celui-ci. L’augmentation constante de la productivité du travail et du taux de plus-value sont les conditions nécessaires pour empêcher la chute du taux de profit lors de la croissance du capital constant. Ce besoin de l’ensemble du capital social est transmis par le marché aux capitaux individuels et aux entreprises comme besoin de concurrence. Le capital qui n’améliore pas sa technique sort du circuit. Cette concurrence existe aussi dans le circuit suivant, cette fois en tant que compétition entre les producteurs de moyens de production. La science, la curiosité scientifique, l’invention et l’innovation sont donc organisés à travers le marché et par le capital. Les êtres humains sont toujours à la recherche de la science et de l’amélioration dés techniques de production et de la qualité de leur vie. Mais sous le capitalisme, ce mouvement intrinsèque de l’être humain est organisé autour de la rentabilité et de l’accumulation du capital. Il ne fait pas de doute que, comparé aux systèmes antérieurs, le capitalisme a largement augmenté l’intensité et l’ampleur de l’activité scientifique et technique. Mais la forme spécifique de cette activité dans ce système ne doit pas être confondue avec son origine réelle Les incitations matérielles individuelles et la compétition entre les entreprises ne sont pas l’origine de la curiosité scientifique de l’homme et de l’innovation technique. Ce sont ses formes particulières, à travers lesquelles le capital peut accommoder cette activité incessante de l’homme, exactement comme le mouvement de l’homme dans la production de ses moyens de subsistance.

Lire le reste de cette entrée »





La Varsovienne en farsi

27 04 2010

Vidéo : « La Varsovienne » en farsi avec des images du mouvement ouvrier iranien.





L’Internationale sur les hauteurs de Sanandaj

22 02 2010

12 février 2010 : Meeting de jeunes et de militant(e)s marxistes sur le mont Abidar, point culminant dans les environs de Sanandaj (Kurdistan). Après une minute de silence pour celles et ceux tombé(e)s dans la lutte pour la liberté et l’égalité, le meeting commence avec un air connu des travailleuses et des travailleurs du monde entier !





7ème Congrès du PCOI

22 01 2010

Article sur le 7ème congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (5 et 6 décembre 2009) écrit pour l’édition de janvier du journal « Syndicaliste » des Comités Syndicalistes Révolutionnaires :

Les 5 et 6 décembre 2009 s’est tenu le 7ème congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran. Après l’Internationale et une minute de silence pour ceux et celles qui sont tombés dans la lutte pour le socialisme, les premières interventions, comme celles d’Hamid Taghvaie, Maryam Namazie et Mina Ahadi, membres du bureau politique, annoncent que le but des travaux du congrès est de préparer le renversement de la République Islamique. Maryam Namazie explique que nous assistons à un moment crucial, et que si le monde a vu mourir Neda, il a aussi vu l’espoir pour celles et ceux qui sont fatigués de la Charia, des crimes d’honneur, du terrorisme et du militarisme. La révolution est le moyen d’en finir avec la barbarie, pour construire un monde humain et digne du 21ème siècle. Si chaque congrès a un nom, ce 7ème congrès est celui de la révolution. Parmi les délégués se trouvent les différentes générations qui se sont battues entre 1979 et 2009, de celles et ceux qui ont participé à la révolution de 1979 à de jeunes camarades de moins de 30 ans, formé(e)s au marxisme en Iran, et qui ont dû fuir le pays il y a un an à peine, et ce congrès se veut un pont entre la révolution de 1979 et celle qui se déroule aujourd’hui en Iran. “La révolution, indique Hamid Taghvaie, c’est ce que demandent la société iranienne, les ouvriers, les femmes… Pendant 30 ans, les communistes ont appelé à la révolution, aujourd’hui c’est la révolution qui nous appelle”.

Ces premières interventions montrent l’ambiance et l’atmosphère dans lesquels s’est déroulé ce congrès. Le rapport d’activité sur les deux années écoulées mettant en avant les nombreux contacts pris par le parti depuis le mois de juin 2009, en particulier mais pas seulement dans la jeunesse, sa participation à plusieurs grèves et luttes pour le paiement des salaires et l’existence de plus d’un millier de cellules liées au parti en Iran. Le travail réalisé à l’extérieur, par les camarades de l’exil, fut aussi particulièrement important, en particulier depuis le mois de juin, avec l’immense effort financier pour diffuser 24 heures sur 24 des émissions de New Channel TV, la chaîne de télévision par satellite du PCOI, pendant les protestations du mois de juin, chaîne qui permet un lien entre le parti et la population.

Lire le reste de cette entrée »





Le régime dénonce les « mouvements marxistes »

2 01 2010

Après les protestations du 27 décembre, Heidar Moslehi, ministre iranien des Renseignements, a déclaré le 31 décembre  2009 que les manifestants sont liés à des mouvements marxistes et à un groupe armé : “Les cerveaux de ces groupes ont été identifiés. Certains ont été arrêtés. Nous attendons maintenant que le système judiciaire prenne des décisions fortes à leur encontre”.

Si cette déclaration annonce de nouvelles vagues de répression, elle montre aussi qu’en Iran, comme ailleurs, un spectre hante toujours le monde…

Lire le reste de cette entrée »





7ème Congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran

5 12 2009

Le 7ème congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran a commencé ses travaux le 5 décembre. Ce congrès se veut celui de la révolution, comme un pont entre la révolution de 1979 et la révolution actuelle en Iran. En attente d’un compte-rendu en français, des vidéos et son des interventions en farsi sont disponibles sur le site Rowzane.





Déclaration des étudiants socialistes d’Iran

3 11 2009

Texte publié dans « The Bridge n°5« , que l’on peut lire et télécharger à cette adresse.

Déclaration des Etudiants Socialistes des Universités d’Iran contre la peine de mort, la répression et les condamnations honteuses de militants étudiants et du mouvement ouvrier.

Le mouvement de protestation populaire contre la dictature et la corruption socio-économiques du capitalisme islamique continue et sous des formes diverses, déroute à chaque moment encore plus la dictature. Au moment où les campagnes de la rue n’avaient lieu qu’après de longs intervalles, le mouvement étudiant est entré sur le champ de bataille avec le début de la nouvelle année universitaire et chaque jour, nous avons été témoins de protestations et de campagnes successives d’une université à une autre, dans un esprit de solidarité entre elles et le mouvement a pris de l’ampleur et gagné un attrait massif.

Les étudiants ont fort justement réalisé qu’ils devaient adopter dans les universités les slogans du peuple de la rue et dans ce processus suivre les questions et les désirs des travailleurs, des femmes, des enseignants et de toutes les sections de la société pour la l’égalité et la liberté. Dans les derniers mois qui ont suivi le coup d’Etat, le mouvement ouvrier est devenu une des questions les plus critique et les plus explosive sur l’arène politique et sociale. D’un côté, les conditions de vie et la situation économique des travailleurs a fait qu’ils ont eu recours à des grèves successives dans les usines et les centres industriels petits ou grands. De l’autre, la présence de travailleurs, même inorganisés, dans les protestations récentes, leurs campagnes publics contre la dictature sont liés et leur a ouvert un nouvel horizon. Aussi, les protestations et luttes ouvrières sont entrées dans une nouvelle phase de progrès et de réussites.

Lire le reste de cette entrée »





Protestations contre le régime

19 09 2009

Dans un communiqué daté du 18 septembre (27 Shahrivar), le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran indique :

Le 18 septembre, la population est descendue dans les rues dans de nombreuses villes dont Téhéran, Chiraz, Ispahan et Tabriz, avec pour slogan « mort au dictateur » et les forces de répression sont intervenues.  Parmi les autres slogans, on peut noter « le viol, les tortures et les confessions ne dureront plus longtemps » et « libération des prisonniers politiques ». (…)

A Téhéran, les protestations ont commencé à dix heures et demi et se sont développées dans plusieurs quartiers. Des rassemblements de population ont été constatée dans les rues menant Place de la Révolution et dans sept autres endroits.

Selon les journalistes de New Channel, les rues Tir, Asr, Azadi, Révolution et K. Zand étaient remplies de monde. Les slogans étaient « mort au dictateur », « libération des prisonniers politiques », « Ahmadinejad démission » (…)

Selon un autre rapport de New Channel, la population était dense et des slogans criés vers Tir. Un des slogans était « libérez les prisonniers politiques ». Selon le rapport des affrontements ont eu lieu à l’université de Téhéran et plusieurs personnes ont été arrêtées par les brutes du régime. (…)

Lire le reste de cette entrée »





Observations croisées sur la dynamique du mouvement populaire face au régime islamique

15 09 2009

Analyse de la situation actuelle en Iran, du mouvement révolutionnaire et du rôle du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) dans les protestations, par Saeed Salehinia, militant communiste-ouvrier. Ce texte a été écrit le 29 août 2009.

Introduction :

Les positions politiques viennent de la lutte des classes. Les partis ou individus en faveur du capitalisme se tournent naturellement vers les « opportunités projetées par la classe dirigeante ». Si il est question du « peuple », un politicien capitaliste utilise simplement ce mot soit pour tromper le peuple, soit pour l’utiliser à sa table de négociations.

New-Protests-Erupt-In-Iran

A l’inverse, les partis ou individus en faveur de la majorité défavorisée baseront leurs positions sur la lutte des classes. Leur analyse politique sert leurs objectifs de changer l’institution, d’éliminer le monde divisé en « haut » et « bas » du capitalisme en faveur de l’humanité, de la liberté et de l’égalité pour tous.

Nous, communistes, avons depuis plus d’un siècle tiré ces dernières conclusions alors que les pro-capitalistes les ont toujours réfutées.

Les événements d’Iran de ces derniers trois mois, selon le point de vue de l’opposition de droite, n’auraient été que des « protestations populaires contre la fraude électorale présidentielle » ou des « protestations contre quelques violations des droits humains ». C’est ce qu’ont déclaré, de la même façon, Moussavi et ses amis, « à l’intérieur du régime islamique », jusqu’à Dariush Homayon (dirigeant d’un parti pro-monarchiste, « extérieur au régime islamique »). Tous ces dirigeants de droite ont partagé leurs inquiétudes contre la révolution en soutenant constamment une approche réformiste. Ils soutiennent tous le « mouvement vert » qui est juste un code et un drapeau des positions anti-révolutionnaires. Le mouvement populaire a déjà rejeté et isolé ces « actes de résistance de la classe supérieure ». Quelques jours à peine après l’élection honteuse du régime, les slogans du peuple se sont clairement déplacés vers des slogans contre le régime.

Lire le reste de cette entrée »





Ahmadinejad représente la terreur globale, le crime, la torture et les exactions

3 09 2009

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) à propos de la venue d’Ahmadinejad à New York : Ahmadinejad représente la terreur globale, le crime, la torture et les exactions. Il doit être arrêté et jugé !

Mahmoud Ahmadinejad doit venir à NewYork pour une conférence des Nations Unies à la mi-septembre 2009. Lors de son séjour à New York, une réunion entre Ahmadinejad et quelques résidents iraniens « de confiance »  aux États-Unis aura lieu.

Il est bien connu qu’Ahmadinejad et Khamenei sont les dirigeants de la machine criminelle de la République Islamique. Le monde entier a été témoin de comment des civils ont été tués par balles sous les ordres de ces assassins. Ahmadinejad et Khamenei sont aussi responsables des exactions et de torture dans la prison de Kahrizak contre les femmes et les hommes arrêtés lors des récentes protestations.

Lire le reste de cette entrée »