Les ouvriers d’Iran solidaires de leurs camarades d’Afrique du Sud

1 09 2012

Extrait de l’article « Partout dans le monde, colère après la sanglante répression à Marikana » publié sur Solidarité Ouvrière, blog de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Partout dans le monde, la sanglante répression des ouvriers de la Mine de Marikana par la police sud-africaine le 16 août a provoqué la consternation et la révolte des militant(e)s ouvriers.

En Iran, au delà des déclarations dénonçant la répression à Marikana venant de la plupart des organisations politiques se réclamant de la classe ouvrière, comme par exemple le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (voir une des déclarations en farsi et la page spéciale du PCOI sur le massacre de Marikana) ou du PUCO (voir une déclaration en français), on notera la déclaration d’un groupe de militants ouvriers emprisonnés (dont Saeed Jalali, Reza Shahabi, et Behnam Ebrahimzadeh) à la section 350 de la prison d’Evin de Téhéran en solidarité avec les mineurs assassinés par les forces de répression à Marikana (voir la déclaration en farsi). Le Syndicat de la Métallurgie et de l’Electricité de Kermanshah, le Syndicat des Ouvriers électriciens de la Construction et des militants ouvriers de Sanandaj et de Kamyaran ont également publié une déclaration affirmant leur solidarité avec les mineurs d’Afrique du Sud et dénonçant la répression. Le Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens a également apporté sa solidarité aux mineurs d’Afrique du Sud et réclame que les responsables du massacre de Marikana soit jugés (voir le communiqué en farsi).

Des militants ouvriers d’Iran sont également à l’initiative de  la pétition “Nous condamnons le massacre brutal des mineurs de Marikana par la police” (pétition à signer ici en anglais) signée par des syndicalistes et des militants ouvriers du monde entier.

Lire le reste de cette entrée »





Protestation victorieuse d’ouvriers métallurgistes à Téhéran

15 08 2012

Selon le Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens, 600 ouvriers des usines Industrie Métallurgique n°1 et n°2 se sont rassemblés le 14 août devant le ministère de l’industrie à Téhéran pour protester contre huit mois de salaires impayés. La veille, le 13 août, ces mêmes ouvriers avaient bloqué pendant deux heures l’autoroute Téhéran / Karaj en protestation sans que les forces de répression n’aient pu intervenir.

Le 14 août, les ouvriers ont réussi à obliger les autorités à accepter leurs revendications : leur signer un chèque pour les salaires impayés et rencontrer les représentants des travailleurs. Les autorités ont tenté d’intimider les travailleurs en mobilisant les forces anti-émeute, et comme cela ne suffisait pas de calmer les ouvriers en promettant que « les salaires seraient payés dans les jours qui viennent ». A cette proposition, les ouvriers ont tous répondu « maintenant ! maintenant ! », et ont finalement eu gain de cause. Bravo pour cette victoire. Unité, grève, victoire !

Lire le reste de cette entrée »





La vie de deux prisonniers politiques gravement menacée

11 08 2012

Appel de la CFPPI (Campaign to Free Political Prisonners in Iran), 10 août 2012 :

La vie de deux prisonniers politiques gravement menacée :
Arjang Davoudi et Houshang Rezaei

Aidez nous à les sauver !

Monsieur Arjang Davoudi, enseignant, poète et écrivain, est en prison depuis 2003. Il a été condamné à 16 ans de prison. Lorsqu’il a été arrêté, une des accusations a été qu’il avait parlé à un journaliste canadien qui travaillait sur un documentaire appelé « l’Iran Interdit » (Forbitten Iran). Ce film parlait de la mort du citoyen canadien Zahra Kazemi dans les prisons du régime iranien.

Arjan Davoudi souffre de sévère pression sanguine et d’hypotension, de grande faiblesse, de maux de tête, d’étourdissements, de baisse de la vision et d’autres complications. Sa santé se détériore. Malgré cela, Arjang n’a que peu de soins médicaux. Afin de protester contre les mauvaises conditions de détention et les mauvais traitements qu’il il a subi avec d’autres prisonniers politiques, il s’est mis deux fois en grève de la faim, dont une fois en juillet 2010. Sa femme, Nazanin Davoudi, a été mise sous pression des autorités et menacée au cas où elle parlerait de la situation de son mari.

Lire le reste de cette entrée »





Libération des militants ouvriers emprisonnés en Iran !

24 06 2012

Free Them Now, 22 juin 2012 :

Lors d’un raid contre un domicile, le régime islamique d’Iran a arrêté 60 travailleurs ; neuf sont toujours en détention.

Le vendredi 15 juin, lors d’un raid contre un domicile à Karaj, non loin de la capitale Téhéran, les forces de sécurité du régime ont arrêté plus de 60 militants ouvriers. Neuf d’entre eux sont toujours en détention :

Ils rejoignent d’autres militants ouvriers qui sont toujours en détention :

Ali Akhavaran : militant ouvrier à Téhéran. Ali a été arrêté le 28 janvier 2012

 

 

 

Lire le reste de cette entrée »





Contestations en chaîne dans les usines iraniennes

16 04 2012

Nouvelles d’Iran, 15 avril 2012 :

Des ouvriers ont manifesté dans différentes villes d’Iran la semaine dernière. Tandis qu’Ahmadinejad affirmait: « Le pays se portera bien même s’il ne vend pas un seul baril de pétrole les deux ou trois prochaines années », dans un discours à Bandar Abbas (ville au sud du pays), le mardi 10 avril, des milliers d’ouvriers faisaient la grève pour réclamer le paiement de leur salaire.

Ouvriers de l'usine Sanayé Félézi-yé Iran devant le Bureau du président, 8 avril 2012, Téhéran

Salaires non versés et licenciements massifs dans les usines

Deux mille ouvriers de l’entreprise Kesht-o Sanat-é Karoon, dans le secteur de l’industrie agro-alimentaire, n’ont pas travaillé mardi 10 avril pour se rassembler devant leur usine de la ville de Shoushtar (sud-ouest du pays) et contester l’absence de rémunération de leur travail. D’autres grèves ont déjà été organisées ces derniers temps pour la même raison, rapporte le site d’informations Radio Farda.

Deux jours plus tôt, huit cent ouvriers du secteur de l’acier, qui ne touchent plus de salaire depuis près de huit mois de leur usine Sanayé Félézi-yé Iran, ont manifesté devant le Bureau du président de la République à Téhéran pour dénoncer ces abus, selon l’agence officielle Ilna.

Lire le reste de cette entrée »





Lutte des travailleurs de l’automobile de Shahab Kodhro

9 04 2012

Informations transmises par le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) le 8 avril :

Le 2 avril 2012, lorsque les ouvriers de Shahab Kodhro (NdR : usine automobile qui travaille avec le groupe Renault) sont retournés au travail après leurs vacances du nouvel an (le nouvel an iranien est le 20 mars), ils ont trouvé les portes de l’usine fermées et on leur a dit que l’usine est fermée pour cause de faillite. Même le portier avait été licencié et remplacé par quelqu’un d’autre pour qu’il ne se lie pas avec les ouvriers pour les aider à entrer. Ces travailleurs ont entre 8 et 25 années d’ancienneté et font face au problème des licenciements dans un contexte de paralysie économique.

Protestation des ouvriers de Shahab Kodro

Le lendemain, le 3 avril, 500 ouvriers se sont rassemblés devant les portes de l’usine. Le 4 avril, ils se sont rassemblés devant le parlement à Téhéran et comme ils n’ont eu aucune réponse, ils se sont séparés en deux groupe, l’un de 200 travailleurs s’est dirigé vers le ministère du travail et le second, de 500 personnes, est allé vers le bureau du président Ahmadinejad. Au ministère du travail, une délégation de cinq travailleurs a été reçue pour discuter de leurs problèmes. Le second groupe, de 500 personnes, ouvriers et membres de leurs familles, est sorti de six bus dans la rue où se trouve le bureau présidentiel. Ils ont commencé à marcher vers le bureau avec des pancartes où étaient écrites leurs revendications contre tous les licenciements. Lorsqu’ils sont arrivés au bâtiment présidentiel, les forces de sécurité ont été choqués par les travailleurs et ont tenté de les calmer en leur demandant d’envoyer leurs représentants à l’intérieur. Les ouvriers ont accepté. Alors que les ouvriers attendaient le résultat des discussions, ils ont bloqué la circulation et des gens ont voulu se joindre à eux. Les forces de sécurité tenté d’empêcher que d’autres personnes se joignent aux ouvriers. Sur la banderole des travailleurs, on pouvait lire « 700 licenciements à l’usine automobile Shahab Kodhro pendant l’année de la production du capital national », en référence à la déclaration de Khamenei pour la nouvelle année qui serait une énorme avancée pour les gens. En voyant la banderole, les passants montré une énorme sympathie avec les ouvriers, mais ils ont été empêchés par les forces de police de se joindre aux travailleurs. Après deux heures, les délégués sont sortis et ont rejoint la foule. Ils ont obtenu une lettre adressé au ministère du travail demandant que leur problème soit pris en considération le 7 avril. Les travailleurs ont déclaré que si rien n’était obtenu d’ici là, leurs protestations continueraient. La deuxième chaîne de télévision était présente à ce rassemblement et à promis aux travailleurs de venir faire un reportage le 7 avril.

Lire le reste de cette entrée »





Les prisonniers politiques en Iran, du couloir de la mort à la grève de la faim

21 02 2012

Nouvelles d’Iran, 21 février 2012 :

Ces dernières semaines, des arrestations et des condamnations lourdes contre des prisonniers d’opinion, notamment blogueurs et journalistes, se sont multipliées en Iran dans un contexte pré-électoral, en vue des élections législatives du 2 mars.

Saeed Malekpour et son épouse

La famille de l’informaticien Saeed Malekpour continue la campagne internationale pour sauver ce blogueur qui peut être exécuté à tout moment. Arrêté en octobre 2008, cet irano-canadien s’est vu confirmer sa condamnation à mort en janvier 2012, accusé d’avoir développé des sites internet pornographiques, ce que dément fermement son entourage.

Lire le reste de cette entrée »





Libérez les militants ouvriers en Iran !

2 02 2012

Liste de militants ouvriers emprisonnés en Iran, 31 janvier 2012 :

Sediq Karimi : Membre du bureau exécutif du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens. Arrêté le 31 janvier 2012 et détenu à Sanandaj.

 Ali Akhavaran: Militant ouvrier à Téhéran, Ali a été arrêté le 28 janvier 2012.

Shis Amani : Membre du Bureau Exécutif du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens. Arrêté le 16 janvier 2012 et détenu à Sanandaj.

Mehdi Shandiz : Militant ouvrier à Téhéran, Mehdi a été arrêté en janvier 2012.

Lire le reste de cette entrée »





De plus en plus de syndicalistes arrêtés en Iran

9 01 2012

Appel de Free Them Now, 8 janvier 2012 :

A toutes les organisations syndicales et de défense des droits humains

Nous vous écrivons pour vous informer que ces deux dernières semaines, l’intensification des attaques de la République Islamique contre les militants ouvriers continue en Iran.

La dernière information est l’arrestation ce matin (NdT : 8 janvier) de Sharif Saed Panah (image), membre du Bureau Exécutif du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens. Cette arrestation fait suite à l’arrestation le 5 janvier du militant syndical Mozaffar Saleh Nia (image) dans la ville de Sanandaj, et deux semaine plus tôt de Mohammad Hosseini, militant ouvrier dans la ville de Damavand. Tous les trois ont été mis en détention pour leurs activités syndicales.

Lire le reste de cette entrée »





La vie du militant ouvrier Reza Shahabi est en danger

13 12 2011

La vie du militant ouvrier Reza Shahabi est en danger – Une action internationale urgente est nécessaire

Aux syndicats du monde entier :

Reza Shahabi, membre du Syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus de Téhéran et Banlieue, est en grève de la faim depuis vingt jours. Sa vie est en danger. Les docteurs ont déclaré qu’il est menacé de paralysie et son cas avait mobilisé un fort soutien international. Nous devons agir vite pour le sauver.

C’est la seconde fois qu’il se met en grève de la faim pour protester contre sa détention. Reza Shahabi a été incarcéré pour 18 mois depuis le 12 juin 2010. Il aurait dû être libéré sous caution de 60.000 $, mais pourtant le régime a refusé sa libération.

Selon les nouvelles publiées par le Comité pour la Libération de Reza Shahabi, il devait être transféré à l’hôpital aujourd’hui, 11 décembre 2011. Au lieu de cela, il a été envoyé à la cellule 350 de la prison Evin de Téhéran.

Avec Reza Shahabi, sa famille et le Comité pour la Libération de Reza Shahabi, nous vous demandons de mettre en place les pressions nécessaires pour libérer Reza de prison. La poursuite de sa grève de la faim est très dangereuse pour la vie de Reza. Avec une vaste protestation contre la République Islamique nous pouvons lui faire sentir que nous sommes derrière lui afin qu’il puisse arrêter sa grève de la faim.

Lire le reste de cette entrée »