Kurdistan, la seconde Palestine du Moyen-Orient ?

16 07 2010

Article du Monde, 14 juillet 2010 :

En pleine crise de la flottille, après l’assaut sanglant mené par les troupes israéliennes contre un navire turc qui tentait de briser le blocus imposé aux Palestiniens de Gaza, la question kurde a refait surface, comme réveillée par l’onde de choc régionale. L’armée turque, frappée par une attaque du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui a tué 11 soldats, le 19 juin, a riposté en déclenchant des opérations aériennes et terrestres dans le sud-est de la Turquie et dans le nord de l’Irak, où sont retranchés environ 2 000 membres de la guérilla kurde, fondée par Abdullah Öcalan.

Au moment où Ankara mobilisait ses forces contre « l’organisation terroriste », selon la périphrase officielle, le premier ministre Recep Tayyip Erdogan qualifiait le Hamas de « mouvement de résistance populaire » à l’oppresseur. Un parti pris que ses adversaires ne manquent pas de relever. Déjà en 2006, lorsque la Turquie avait accueilli une délégation du Hamas à Ankara, Israël s’était offusqué : « Que diriez-vous si nous recevions Öcalan à Tel-Aviv ? » PKK et Hamas figurent sur la liste noire des groupes terroristes et constituent des enjeux sécuritaires nationaux primordiaux pour les deux pays.

La comparaison entre Kurdes et Palestiniens, deux peuples sans Etat, n’est pas nouvelle. Les keffiehs, les enfants lanceurs de pierres affrontant des véhicules militaires blindés, la guerre de propagande, la peur du renversement démographique – Kurdes et Palestiniens ayant des taux de natalité beaucoup plus élevés… Les points communs sont nombreux.

Lire le reste de cette entrée »





Quelques éléments sur l’histoire du mouvement communiste et les impasses du stalinisme au Moyen-Orient

22 06 2010

Timbre de la République Soviétique du Gilan, 1920

Dès la fin du 19ème siècle, l’industrialisation rapide au nord de l’Iran favorise l’apparition de cercles marxistes tant chez des intellectuels que dans la classe ouvrière. Dans le cadre de la révolution constitutionnelle perse (1905-1911), la première traduction en farsi du Manifeste du Parti Communiste est publiée 1909 à Rasht dans la province de Gilan. Dans cette province, un mouvement démocrate radical, le Jangal (« hommes de la forêt » ou Mouvement Constitutionnaliste du Gilan) entre dès 1914 en rébellion contre le régime du Shah. Les Jangali se renforcèrent grâce à la révolution russe de 1917. En mai 1920, une République socialiste soviétique perse (plus connue sous le nom de République Soviétique de Gilan) est proclamée. La même année, le Parti Communiste d’Iran est constitué à Bakou. En désaccord avec les communistes, Mirza Kuchak Khan, chef de file des Jangali quitte Rasht et ce sont les communistes qui prennent le pouvoir. Soutenue par l’armée rouge, cette république soviétique prend des mesures radicales et audacieuses : propagande anti-religieuse et confiscation des biens des riches seigneurs terriens. En juin 1920, le conseil de guerre révolutionnaire de l’armée rouge perse envoie un message de salutation à Trotski pour lui indiquer que « par la volonté du peuple travailleur, un pouvoir des soviets est organisé en Perse » et qu’une « armée rouge, dans la ligne de l’armée rouge russe, est mise en place pour détruire l’esclavage du peuple perse ». En 1921, suite à un accord entre la Russie et la Grande-Bretagne, l’armée rouge se retire de Gilan. Sous les coups de l’armée monarchiste iranienne et de réactionnaires religieux, la République Socialiste Soviétique Perse est démantelée en septembre 1921.

Dans d’autres pays de la région aussi, la révolution d’Octobre et la création de l’Internationale Communiste permettent la naissance de partis communistes. C’est ainsi que voient le jour le Parti Communiste de Palestine (1920), formé par l’aile gauche du Poale Sion (Les ouvriers de Sion, parti sioniste socialiste), le Parti Communiste Turc (TKP en 1920), le Parti Communiste de Syrie et du Liban (1924) ou le Parti Communiste d’Irak (1934). Dès leurs créations, ces jeunes partis communistes doivent souvent agir dans la clandestinité. En Turquie, Mustafa Suphi (1881-1921), premier secrétaire général du TKP et quatorze de ses camarades sont massacrés en janvier 1921 sur les ordres de Mustafa Kemal. Le TKP ne connaîtra qu’une courte de période de légalité entre décembre 1921 et mars 1925 où il publie le bulletin Orak-Çekiç (Marteau et faucille) qui lui permet de se développer dans la classe ouvrière. Le Parti Communiste de Syrie et du Liban est lui interdit peu après sa fondation par les autorités coloniales françaises. Pourtant, malgré la répression, le mouvement communiste au Moyen-Orient réunit dès ses origines des militants ouvriers arabes, juifs, turcs et kurdes (Khalil Bakdash, secrétaire général du PCSL en 1936, est kurde par exemple). Le Parti Communiste de Palestine, créé à l’origine par des militants juifs, recrute des militants arabes palestiniens en développant des contacts avec l’Organisation des Ouvriers Arabes Palestiniens, et, sur ordre du Komintern, des militants juifs du PCP aideront à développer le mouvement communiste en Syrie et au Liban. Les militants communistes palestiniens furent aussi soumis à la répression des troupes d’occupation britanniques, si bien que Léopold Trepper et Daniel Averbach, deux fondateur du parti, durent fuir en URSS. Si grâce au soutien de la vieille garde bolchevique, Léopold Treeper échappa aux purges staliniennes (et sera l’organisateur de l’orchestre rouge pendant la deuxième guerre mondiale), Daniel Averbach fut liquidé par les staliniens en 1938.

Lire le reste de cette entrée »





Manifestation à la frontière

14 05 2010

Le 13 mai, lors que les régions et villes kurdes d’Iran étaient en grève pour protester contre l’exécution de cinq prisonniers politiques à Téhéran dimanche 9, au Kurdistan de Turquie, une manifestation contre les exécutions et en solidarité avec la grève générale au Kurdistan iranien s’est dirigée jusqu’à Esendere, à la frontière avec l’Iran.





Salut aux femmes de Turquie pour le 8 mars !

5 03 2010

Dans un communiqué publié par Rowzane, le comité de relations publiques pour la campagne du 8 mars 2010 informe que le 3 mars, des femmes de Turquie ont manifesté pour protester contre les tentatives d’islamisation et de réintroduction du hidjab par le gouvernement. Les femmes ont déchiré un voile noir, symbole du hidjab, puis l’ont jeté à terre et piétiné.

Saluant l’action des femmes de Turquie, le comité de relations publiques pour la campagne du 8 mars 2010 déclare que la journée internationale des femmes doit être l’étincelle d’un incendie pour rejeter « l’ingérence de la religion et du mouvement islamiste dans nos vies ». Rappelant que depuis le mois de juin, des millions de femmes et d’hommes sont descendus dans les rues d’Iran pour déclarer qu’il faut en finir avec la République Islamique, le communiqué termine en disant qu’en Iran, en Turquie, en Irak, en Afghanistan et ailleurs « nous ne voulons pas du voile islamique et de l’apartheid sexiste ».

Lire le reste de cette entrée »





Rassemblements du 22 Bahman dans le monde

8 02 2010

Blog du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, 8 février 2010 :

Rassemblements contre la République Islamique d’Iran à l’occasion de l’anniversaire du 11 février (22 Bahman) en Allemagne, Canada, Royaume-Uni, Suède, Australie, Norvège, Etats-Unis, Belgique, Danemark, Suisse, Pays-Bas, Autriche, Turquie et Finlande.

Nous nous approchons de l’anniversaire de la révolution iranienne de 1979. En Iran comme à l’étranger, les gens se préparent à des manifestations massives pour cette journée. C’est une nouvelle opportunité pour descendre dans les rues afin d’organiser des rassemblements de masse et des protestations dans le monde entier pour renverser les criminels islamiques qui dirigent l’Iran.

Quelque soit la ville où vous vivez, préparez vous à rejoindre les rassemblements devant les ambassades iraniennes et dans les places centrales. Plus nombreux seront nos alliés à l’étranger et moins sera cher le prix à payer par le peuple d’Iran dans sa lutte pour renverser le régime islamique. Voici la liste des rassemblements et manifestations à travers le monde :

  • Allemagne – Francfort :

Consulat de la République Islamique,
Jeudi 11 février, de 11 heures à 17 heures.
Contact : +49 157 816 887 32

Lire le reste de cette entrée »





Images du rassemblement de solidarité à Ankara

22 11 2009

Photos du rassemblement organisé par des étudiant(e)s d’extrême-gauche le 21 novembre 2009 devant l’ambassade de la République Islamique à Ankara (Turquie) en solidarité avec le soulèvement populaire et contre la répression.

Voir une vidéo de cette manifestation.

Lire le reste de cette entrée »





Action de solidarité à Ankara

22 11 2009

Action organisée par des étudiant(e)s d’extrême-gauche à Ankara  (Turquie) en solidarité avec le soulèvement populaire et contre la répression en Iran.