Droit d’asile et droit au séjour pour toutes les femmes victimes de violences

16 10 2012

Des militantes et militants de différents pays d’Europe, militantes et militants des droits des femmes, artistes, syndicalistes, politiques, anti-racistes et autres, dont plusieurs camarades exilé(e)s d’Iran, lancent une campagne « Droit d’asile et droit au séjour pour toutes les femmes victimes de violences »:

Elles ont fui des mariages forcés, l’excision pour leurs filles, des menaces de crimes d’honneur, la traite des êtres humains ou autres violences, dans des pays ou des régions où règnent des lois discriminatoires et misogynes, voir un véritable apartheid sexiste, ou des régions où aucune protection réelle n’est accordée aux femmes victimes de violences. Et pourtant, elles sont nombreuses, à n’avoir pas obtenu le droit d’asile en Europe et à vivre, sans papiers, sous la menace d’une expulsion.

Elles sont venues en Europe en croyant à des promesses d’amour, conjointe mariée de citoyens européens, pour découvrir rapidement les coups, la séquestration au domicile, parfois le viol conjugal et autres violences conjugales, physiques ou psychologiques. Fuyant les violences avant d’avoir obtenu une carte de séjour de longue durée, elles sont nombreuses aussi, à se retrouver sans papiers, sans droits, et sous la menace d’une expulsion, parfois dans un pays où on ne veut plus d’elle considérant que leur statut de femme divorcée ou séparée apporterait la « honte » sur leurs familles.

Lire le reste de cette entrée »





Intervention au Parlement Européen contre les exécutions en Iran

16 02 2011

Le 15 février, le Comité International Contre les Exécutions était invité à une conférence de presse organisée par le groupe de la Gauche Européenne / Gauche Verte Nordique au Parlement Européen à Strasbourg. Cette conférence était présidée par Marie-Christine Vergiat (Parti de Gauche, France) et Cornelia Ernst (Die Linke, Allemagne).

Intervention de notre camarade Pascal faite au nom du Comité International Contre les Exécutions :

Depuis le début de l’année 2011, les exécutions et la répression s’intensifient en Iran. Amnesty International a comptabilisé un minimum de 80 exécutions en janvier, soit une exécution toutes les huit heures. Il faut ajouter qu’en plus des exécutions annoncées officiellement par la presse du régime, il manque parfois d’informations pour certaines catégories de prisonniers comme par exemple pour les réfugiés afghans.

Si, pour nous la peine de mort est une barbarie et doit être abolie sans condition et pour tous les délits, on se doit de préciser que parmi les victimes de ces dernières semaines on compte plusieurs prisonniers politiques. Le 26 décembre 2010, la mobilisation de la population de Sanandaj, capitale du Kurdistan d’Iran, avait réussi à sauver Habibollah Latifi, prisonnier politique kurde. Mais, le 28 décembre, ce sont Ali Saremi et Ali Akbar Siadat, deux prisonniers politiques, qui ont été pendus à Téhéran. Le 15 janvier, c’est Hossein Kehzri, prisonnier kurde, qui a été exécuté, le 24 Jafar Kazemi et Mohammad Ali Hajaghaei et le 29 janvier, c’est Zahra Bahrami, citoyenne irano-néerlandaise, arrêtée suite aux manifestations insurrectionnelles du 27 décembre 2009, qui a été assassinée par le régime.

Lire le reste de cette entrée »