Racisme du régime islamique contre les immigrés afghans en Iran

16 07 2012

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, 12 juillet 2012 :

Tout en imposant la pauvreté, la misère et la répression à la population, le régime des fascistes islamistes a intensifié depuis la fin juin ses attaques racistes systématiques contre les réfugiés afghans. Avant, les enfants afghans avaient déjà l’interdiction d’aller à l’école ou d’étudier à l’université en Iran. Puis, il a été interdit aux Afghans de rester dans certaines villes ou même d’entrer dans certains parcs ! Et maintenant, une nouvelle série de lois sont imposées dans certaines provinces contre les Afghans.

Vendre du pain ou autre nourriture, ou apporter des soins médicaux aux Afghans « illégaux » est interdit. Le bureau des Affaires des Immigrés et des Nationaux à l’Etranger de la province de Fars a donné aux supermarchés, boulangeries, conducteurs de taxis et services publics le « droit » de contrôler eux-mêmes les papiers d’identité des Afghans. Dans le même temps des quartiers afghans ont été attaqués de nuit par les bandes terroristes des Pasdaran et du Basij et de nombreux Afghans ont été arrêtés, accusés d’être « illégaux ». Dans la suite de ces actions anti-afghanes, des dizaines de domiciles d’Afghans ont été incendiés dans la ville de Yazd.

Lire le reste de cette entrée »





Protestations contre la suppression des subventions

23 12 2010

Dans un communiqué daté du 22 décembre et publié par Rowzane, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) publie des informations sur les protestations dans plusieurs villes d’Iran contre la suppression des subventions et la hausse des prix de l’essence. Selon ce communiqué, dès la suppression des subventions des protestations et la colère se sont développées dans tout le pays. Si les forces de répression ont été renforcées dans tout le pays, le communiqué note que plusieurs villes, comme par exemple Téhéran, Ispahan, Hamedan, Qom et Bandar Abbas ont été touchées par des grèves et des protestations pour demander la baisse des prix de l’essence et le retrait de la suppression des subventions. La hausse des prix de l’essence a en effet entrainé des hausses des prix d’autres produits de premières nécessités comme par exemple celui du pain, entrainant la colère des gens à l’encontre du régime.

Parmi les protestations de ces derniers jours, le PCOI note par exemple :

Sari et Neka (Province de Mazandaran, au nord) : Selon un correspondant du parti, les conducteurs de taxi se sont mis en grève à Sari. Les conducteurs de taxi ont manifesté et on été dispersés par les forces de sécurité. A Neka, les conducteurs de taxi se sont mis en grève pendant six heures.

Téhéran : Un conducteur de camion rapporte que plusieurs conducteurs se sont retrouvés pour parler de grève. La police en civil est venue pour noter les numéros des plaques d’immatriculation et les routiers ont dû se séparer. Selon les rapports de plusieurs routiers le gouvernement leur a rapidement livré plusieurs centaines de litres de fioul pour éviter la grève.

Lire le reste de cette entrée »





Un Iranien amputé d’une main pour vol

23 10 2010

AFP, 23 octobre 2010 :

Un Iranien reconnu coupable de quatre vols a été amputé d’une main dans la prison centrale de Yazd (centre du pays), a rapporté aujourd’hui l’agence de presse Mehr.

Cet homme, âgé de 32 ans, a été amputé d’une main, vendredi, « devant d’autres détenus », a précisé l’agence.

Début octobre, un autre Iranien, reconnu coupable de deux vols, avait été amputé d’une main à Machhad (nord-est) et en juillet, cinq personnes avaient été victimes du même châtiment à Hamedan (nord-ouest).

La loi islamique en vigueur en Iran prévoit l’amputation pour les vols à répétition. Ces dernières années, les cas d’amputation se sont multipliés en raison d’une augmentation des vols due à une hausse de la pauvreté dans le pays.





Trois nouvelles exécutions

22 09 2010

Dépêche AFP, 22 septembre 2010 :

Trois hommes condamnés à mort pour trafic de drogue ont été pendus à la prison de Yazd dans le centre de l’Iran, a annoncé mardi l’agence de presse ISNA.

L’agence n’a pas précisé la date de l’exécution des trois hommes, identifiés seulement par leurs initiales.

Ces pendaisons portent à au moins 116 le nombre de personnes exécutées en Iran depuis le début de l’année, selon un décompte de l’AFP établi à partir d’informations publiées par la presse locale.

En 2009, au moins 270 personnes avaient été exécutées en Iran.

En matière de droit commun, le meurtre, le viol, le vol à main armée, le trafic de drogue et l’adultère sont passibles de la peine de mort en Iran.





Quatre exécutions à Yazd

4 06 2010

Europe 1, 4 juin 2010 :

Quatre hommes ont été exécutés jeudi par pendaison pour trafic de drogue à Yazd, dans le centre de l’Iran, a annoncé l’agence de presse Fars. Trois des condamnés ont écopé de la peine capitale pour possession de plus de 230 kilogrammes de drogue diverses et le dernier pour possession de 295 kilogrammes. Depuis le début de l’année en Iran, 74 individus ont été exécutés.





Protestation à Yazd

31 01 2010

Le 30 janvier à Yazd (centre de l’Iran), de nombreux habitants de la ville se sont joint à une cérémonie zoroastrienne et la cérémonie s’est transformée en protestation contre le régime, avec des chansons comme « Yare Dabestani » (mon camarade de classe, célèbre chanson révolutionnaire étudiante).





Yazd : Portrait de Khamenei déchiré

28 12 2009

Information publiée par Persian2english’s blog :

Yazd, capitale de la province du même nom, est située au centre de l’Iran.

Samedi 26 décembre à 23 heures, malgré la lourde atmosphère d’oppression, la population a déchiré un grand portait de Khamenei. Comme les agents du régime ne pouvaient pas remplacer l’image, ils ont été  dû remettre l’image déchirée sur le panneau. La situation à Yazd était électrique. La police a attaqué à plusieurs reprises les gens avec des couteaux.

Vidéo : portrait de Khamenei piétiné par la foule le 27.12.2009 à Téhéran :





Charge des agents du régime à Yazd

9 12 2009

Vidéo : Charge des forces de répression du régime à Yazd le 7 décembre contre les manifestants.