Premières exécutions de l’année 2011

1 01 2011

Extraits de dépêche AFP, 1 janvier 2011 :

Quatre Iraniens reconnus coupables de meurtre et de prises d’otages ont été pendus ce matin à Zahedan (sud est), a rapporté l’agence officielle Irna.

Il s’agit de Mahmoud Barahoui, Shahram Naroui, Zohour-Ahmad Assef-Doust et Jahanbaksh Barahoui, qui ont participé à plusieurs « prises d’otages » pour demander des rançons à leurs familles. Ils avaient tué « plusieurs de leurs otages », selon Irna.

Ce sont les premières pendaisons de l’année 2011. L’année iranienne commence en fait le 21 mars prochain.





Vague d’arrestations suite au mouvement étudiant du 7 décembre

11 12 2010

HNS-Infos, 10 décembre :

Selon des rapports parvenus d’Iran et via des nouvelles lancées sur des plateformes twitters, lors de la manifestation qui a eu lieu à l’université de Yassoudj le 7 décembre qui a déclenché des affrontements violents avec les agents des forces répressive et des milices du services de renseignement universitaires, connue sous le nom de Harassat, ont, du 5 au 7 décembre arrêté au moins une dizaine d’étudiants.

Selon d’autres témoignages qui auraient été recueillis auprès des étudiants et des habitant de Yassoudj, des agents du régime auraient volontairement incendié une partie de la cité universitaire, principalement le dortoir des filles, pour accuser les étudiants. Cette version a bien sûr été reprise aujourd’hui sur toutes les officines de propagande des médias de la dictature.

Suite à la grande manifestation à l’université libre de Qazvine, on déplore au moins cinq arrestations, dont trois filles. Leurs camarades n’ont toujours aucune nouvelle.

A l’université libre de Najaf-Abad, dans la région d’Ispahan, les étudiants ont crié « Mort au dictateur ». A peine ont-ils essayé de partir en manif sauvage, qu’ils ont été aussitôt victime de violences commises par les Bassidj’is et des agents des forces répressives. Malgré la présence de ceux-ci, l’université a entièrement été recouverte de graffitis contre le régime.

Lire le reste de cette entrée »





Protestation à l’Université de Zahedan

7 12 2010

A l’occasion du 16 Azar (7 décembre), journée des étudiants, les étudiant(e)s de l’Université de Zahedan (capitale de la province de Sistan et Baluchestan, au sud-est du pays, non loin de la frontière pakistanaise) ont protesté de façon silencieuse en allumant des bougies en mémoire des victimes de la répression.





Attentats de Zahedan : Communiqué du PCOI

18 07 2010

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran daté 16 juillet 2010 à propos des attentats de Zahedan :

Hier, deux attentats suicides à l’extérieur d’une mosquée à Zahedan ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. En plus des deux kamikazes et de membres de l’armée des Pasdaran, les victimes comportent aussi de nombreux gens ordinaires. Les attentats ont engendré des craintes parmi la population et ont permis au régime de mettre en place la militarisation de la ville et de toute la région. Le groupe Jundullah en a revendiqué la responsabilité, publiant les photos de deux jeunes gens qui seraient les auteurs de l’attentat. Le groupe a déclaré que ces attentats étaient des représailles suite à l’exécution récente de Abdolmalek Rigi, le leader du groupe, ainsi qu’en soutien au « peuple sunnite ».

C’est cependant un nouvel exemple de la guerre entre terroristes islamistes, entre, d’un côté, le régime islamique d’Iran, qui ne peut pas laisser passer une seule journée sans exécution et terrorisation du peuple, et, de l’autre, le Jundullah de type Al-Qaeda. Les gens, qu’ils soient estampillés « chiites » ou « sunnites », sont les victimes de ces crimes. Ils n’ont aucun intérêt dans ce conflit brutal entre le régime islamique et d’ignobles forces de l’islamisme politique.

Le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran condamne fermement ces crimes, le terrorisme islamiste dans son ensemble et le massacre de personnes innocentes. Le PCOI appelle les gens, quelques soient les fausses identités qu’on leur a construites, à intensifier leurs efforts, main dans la main, pour le renversement du régime qui est lui-même la source du terrorisme islamique et le système de meurtres, de répression et d’appauvrissement du peuple, pour un système politique laïque, non-ethnique et humaniste.

A bas la République Islamique d’Iran
Ni ethnique, ni religieuse, mais une société humaine
Pour une république socialiste

Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, 16 juillet 2010





Deux pendaisons à Zahedan

4 07 2010

Dépêche AFP du 4 juillet 2010 :

Deux Iraniens, reconnus coupables de trafic de drogue et vol à main armée, ont été pendus ce matin à la prison de Zahedan, chef lieu de la province du Sistan Balouchistan (sud-est), a rapporté l’agence Fars.

Amanollah Pourian et Younes Rahmani ont été reconnus coupables d’être des « mohareb » (en guerre contre Dieu) pour une série de vols à main armée, enlèvements, tirs contre des agents de sécurité et trafic de drogue, a précisé Fars.

Ces pendaisons portent à au moins 84 le nombre de personnes exécutées en Iran depuis le début de l’année, selon un décompte de l’AFP établi à partir d’informations publiées par la presse locale. En 2009, au moins 270 personnes avaient été exécutées en Iran.





Pendaison à Zahedan

24 05 2010

Dépêche AFP du 24 mai 2010 :

L’Iran a pendu lundi matin à Zahedan (sud-est) Abdolhamid Righi, frère du chef du mouvement rebelle sunnite Joundallah Abdolmalek Righi qui a été capturé en février lors d’une spectaculaire opération de détournement d’avion, ont rapporté les médias officiels.

« Abdolhamid Righi a été pendu en prison lundi matin », a indiqué l’agence officielle Irna en précisant que des « familles de victimes d’attentats terroristes » étaient présentes lors de l’exécution. Le Joundallah (armée de Dieu) a été rendu responsable par les autorités iraniennes de nombreux attentats meurtriers au cours des dernières années dans le sud-est de l’Iran frontalier du Pakistan, où vit une très importante population sunnite alors que la République islamique est à majorité chiite.

Abdolhamid Righi, livré par les autorités pakistanaises à l’Iran en juin 2008, avait été condamné à mort pour « appartenance à un groupe terroriste » et pour être un « moharab » (ennemi de Dieu) et un « corrompu sur la terre », selon le site internet de la télévision d’Etat. En février, l’Iran a capturé son frère Abdolmalek Righi, chef du Joundallah, en détournant vers un aéroport iranien un vol international à bord duquel il se rendait des Emirats arabes unis au Kirghizstan. Téhéran a accusé à de multiples reprises les Etats-Unis et le Pakistan de soutenir le Joundallah, qui a notamment été accusé de l’attentat suicide ayant tué en octobre dernier 42 personnes, dont plusieurs officiers des Pasdaran, à Pishin, localité proche de la frontière pakistanaise.





Trois pendaisons

22 02 2010

Dépêche AFP du 22 février 2010 :

Trois Iraniens ont été pendus pour trafic de drogue, rapporte le quotidien Kayhan. Selon le journal, Abdollah A. âgé de 46 ans, et Mehdi S. âgé de 36 ans, ont été pendus samedi à la prison d’Ispahan (centre). Dadallah Moradzadeh a été pendu hier à la prison de Zahedan (sud-est), a rapporté le journal.

Ces pendaisons portent à 17 le nombre de personnes exécutées en Iran depuis le début de l’année, selon la presse.

En 2009, au moins 270 personnes ont été exécutées en Iran, selon un décompte de l’AFP basé sur les informations publiées par la presse locale, ce qui en fait le pays au monde exécutant le plus de condamnés après la Chine.

Lire le reste de cette entrée »





16 Azar dans quelques villes de province

8 12 2009

Quelques informations sur les mobilisations du 16 Azar (7 décembre) dans différentes villes de province :

Vidéo : Manifestation à Qazvin (au nord du pays)

Zanjan (au nord du pays) : Plus de 600 étudiant(e)s se sont rassemblé(e)s pour protester en chantant « mort au dictateur » et « Qu’est devenu l’argent du pétrole ? Il gave les basisji » à l’université libre Ahar de Zanjan.

Ilam (à l’est, près de la frontière irakienne) : Les étudiants de l’université Melli ont commencé leur manifestation avec des slogans comme « Mort au dictateur », « Mort à Ahmadinejad » et « la prison n’est pas une garnison ». Les forces paramilitaires du basidj et du bureau Herasat (branche du ministère des renseignements et de la sécurité dans les campus) ont attaqué la manifestation et cogné les manifestants. Plusieurs manifestants ont été arrêtés.

Bandar Abbas (au sud du pays, Province d’Hormozgan, sur les bords du Golfe Persique) : Plus de 150 étudiant(e)s ont affronté les agents en civil et les forces de sécurité de l’Etat à l’Université Azad de Bandar Abbas.

Lire le reste de cette entrée »





Protestations de Tabriz à Zahedan

4 11 2009

En plus des manifestations et des affrontements à Téhéran, des protestations ont eu lieu dans de nombreuses villes du pays à l’occasion du 4 novembre.

– Vidéo : Protestation du 4 novembre à l’université d’Ahvaz (Province du Khuzestan, vers la frontière irakienne) :

– A Rasht (Province du Gilan), Revolutionary Road indique que 200 à 300 personnes ont réussit à se rassembler au centre-ville mais ont rapidement été dispersées par les forces de répression. Un nouveau rassemblement avec des slogans contre le régime a eu lieu peu après devant la municipalité mais a lui aussi été rapidement dispersé.

Revolutionary Road cite aussi des protestations à l’université de Tabriz (Azerbaïdjan oriental) où des affrontements violents ont eu lieu à Abresan.

Lire le reste de cette entrée »





Pendaison à Zahedan

3 11 2009

Dépêche publiée par le JDD le 3 novembre :

Un militant de l’organisation rebelle sunnite Joundollah, Abdolhamid Rigi, a été pendu lundi en Iran, dans une prison de Zahedan, dans le sud-est du pays rapporte mardi l’agence de presse Fars. Il avait été notamment reconnu coupable de « moharebe » (organisation de guerre contre Dieu), ce qui est passible de la peine de mort en vertu de la loi islamique iranienne.

Joundollah a revendiqué un attentat qui a fait plus de 40 morts, dont 15 membres des Gardiens de la Révolution, le 18 octobre dans la province du Sistan-Balouchistan.