Au nord comme au sud de la Méditerranée : Qu’ils dégagent tous !

4 03 2011

Editorial du numéro de mars de « Communisme-Ouvrier« , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Après Ben Ali le 14 janvier, c’est Moubarak qui a, sous la pression de la rue, des grèves ouvrières et des manifestations, du quitter le pouvoir. Le formidable mouvement révolutionnaire commencé en Tunisie n’en finit pas de s’étendre : malgré la répression sanglante, avec des armes vendus par l’Etat et les capitalistes français, les jours de Kadhafi sont comptés, et les manifestations, grèves et protestations touchent désormais toute l’Afrique du Nord et tout le Moyen-Orient. Du Maroc à l’Iran, partout, la classe ouvrière et la population se lèvent pour le pain, la liberté et la dignité humaine. La même colère, la même révolte et les mêmes slogans apparaissent dans toute la région, que les régimes soient désignés « pro-occidentaux » ou « anti-occidentaux ». A la propagande du régime islamique qui affirmait que le peuple d’Egypte voulait l’application de la Charria, la population iranienne a répondu par de puissantes protestations les 14 et 20 février, criant « Moubarak, Ben Ali, et maintenant au tour de Said Ali » (c’est-à-dire Khamenei, le « leader suprême » du régime). En Irak, après des années d’occupation et de guerres sectaires entre réactionnaires religieux et nationalistes, chiites et sunnites, kurdes et arabes s’unissent dans une même lutte pour exiger une vie meilleure. Des manifestations sont déjà prévues le 20 mars dans cette monarchie ultra réactionnaire qu’est l’Arabie Saoudite, et, à des milliers de kilomètres des protestations se préparent en Chine alors que, pour la première fois depuis des décennies on a manifesté en Corée du Nord.

A l’inverse de l’espoir qui monte dans le coeur de celles et ceux qui souffrent de l’ordre capitaliste actuel, tous les régimes, Etats et gouvernements réagissent effrayés, devant la montée des protestations. Monarchistes, nationalistes kurdes ou arabes, islamistes ou démocrates occidentaux, tous les partis et toutes les fractions de la bourgeoisie locale comme internationale cherchent, par tous les moyens, à éteindre l’incendie. Sans parler du bain de sang en Libye, commis avec des armes françaises, les exécutions s’intensifient en Iran pour terroriser la population et les 14 et 20 février, les forces du régime ont assassiné à Téhéran et à Chiraz alors que la répression des manifestations du 26 février au Maroc ont fait un mort à Fez et des dizaines de blessés à Agadir dont trente camarades du groupe « Marxistes Révolutionnaires ». En Palestine, les deux factions rivales de la bourgeoisie, le Hamas qui contrôle la Bande de Gaza et le Fatah au pouvoir au Cisjordanie, ont toutes les deux réprimé les manifestations de soutien à la révolution en Egypte, alors que le gouvernement israélien faisait part de son soutien à Moubarak, démontrant une fois encore que bourgeois et politiciens peuvent se faire des guerres, que les populations paient par le sang et la mort, mais qu’ils se retrouvent bien unis face à la révolte des exploité(e)s. En Egypte, la junte militaire au pouvoir tente, après le départ de Moubarak, de mettre fin aux grèves ouvrières, et les Etats-Unis ont cherché toutes les possibilités de nouveau gouvernement pour remplacer Moubarak, allant jusqu’à discuter avec les Frères Musulmans qui ont oublié leur rhétorique anti-impérialiste pour répondre présents.

La révolte, la colère et les slogans de la flamme révolutionnaire qui fait frémir d’angoisse tous les dictateurs, rois, chefs féodaux et bourgeois du Maghreb et du Moyen-Orient ainsi que leurs complices occidentaux, s’étend peu à peu hors de cette région. Il faut dire que si les idéologues du système capitaliste nous ont vendu la théorie du « choc des civilisations », les révolutions au sud de la Méditerranée ont montré que partout les gens aspirent à la liberté et à l’égalité, à une vie meilleure, au pain et aux roses. Le slogan « pain, liberté, dignité humaine » n’a rien de spécifiquement arabe ou oriental, c’est l’aspiration universelle de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs, de tous les exploités, où qu’ils vivent dans le monde.

Si tous les exploiteurs du monde veulent éteindre cette vague révolutionnaire, les exploité(e)s au contraire y voient que l’espoir d’une vie meilleure, de la révolution pour briser la misère et l’oppression, sont bel et bien d’actualité.

Pour le pain ! C’est-à-dire pour une vie décente, voilà une revendication vitale pour chaque être humain. Les fortunes amassées par les Ben Ali, Moubarak et Kadhafi pourraient nourrir plusieurs fois la population de tous ces pays où pourtant la population crève du chômage et de la misère, des salaires qui ne permettent pas de nourrir les enfants, des logements insalubres, etc. Mais au-delà de ces exemples de dictateurs corrompus, c’est bien l’humanité entière qui pourrait, non seulement manger à sa faim, mais aussi de bénéficier de soins, de logements décents, d’une éducation pour tous les enfants et de tous les formidables progrès technologiques. Cette revendication d’une vie décente, c’est l’aspiration de toutes celles et de tous ceux qui subissent l’ordre capitaliste actuel. C’est l’aspiration des quatre millions de familles qui ont été expulsées de leurs logements avec la crise du capitalisme aux Etats-Unis. C’est une aspiration ici même, en France, où un quart des salarié(e)s vivent en dessous du seuil de pauvreté, où des millions de travailleuses et de travailleurs crèvent de ne pas trouver de travail devant les agences de Pôle Emploi alors que chaque jour deux salariés se suicident à l’usine ou au bureau.

Pour la liberté ! Là aussi, si le slogan est dirigé contre des dictatures, c’est une aspiration universelle. La liberté c’est bien plus que la démocratie parlementaire où, après une élection, tout continue comme avant. La liberté cela signifie la totale liberté d’expression, c’est la liberté de s’organiser, de décider de sa propre vie. Elle ne peut vouloir dire aussi que l’égalité complète entre les femmes et les hommes, tant la liberté des femmes est la condition à la liberté de toute la société. Il y a d’ailleurs fort à parier que ces millions de femmes qui sont en première ligne dans les luttes contre les dictatures refuseront de se laisser opprimées par des petits Ben Ali ou des petits Moubarak sous prétexte qu’il s’agit de leurs maris, de leurs frères ou de leurs pères. Liberté aussi, qui ne peut s’arrêter aux portes de l’entreprise, où, partout dans le monde les patrons se comportent comme de véritables tyrans, pouvant même décider de réduire toute une région à la misère en fermant les usines ! On notera d’ailleurs que même dans les pays qui se proclament démocratiques, des droits fondamentaux comme le droit de grève ou de manifestation peuvent être remis en cause quand la classe ouvrière relève la tête.

Pour la dignité humaine ! Là aussi c’est un cri universel, un cri qui résonne chaque jour pour des millions de salarié(e)s soumis à la pression et aux humiliations quotidiennes des chefs. Un cri universel qui rejette les discriminations racistes ou sexistes, le chauvinisme et tous les délires d’un autre âge sur « l’identité nationale » et autres divisions arbitraire de l’humanité.

Qu’ils vivent au sud ou au nord de la Méditerranée, les chômeurs revendiquent des emplois, les ouvriers veulent du pain, des conditions de travail décentes, le droit de grève et d’organisation, les femmes luttent pour l’égalité, la population aspire au bien-être, à la liberté, et à la dignité.

Tous les dirigeants, locaux ou internationaux, et toutes les fractions et partis de la bourgeoisie, qu’ils s’affirment démocrates, monarchistes, nationalistes, islamistes ou autres, de gauche ou de droite, ne visent qu’à une chose, éteindre ce formidable mouvement révolutionnaire, craignant qu’il ne les entraîne tous à la place qui est la leur : les poubelles de l’histoire. Au nord comme au sud de la Méditerranée : qu’ils dégagent tous ! Et que vive la révolution pour le pain, la liberté et la dignité humaine !

Camille Boudjak, 27 février 2011

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :