Iran : Mort d’un militant ouvrier en prison

26 06 2013

Ce 26 juin, l’agence HRANA informe du décès par crise cardiaque du militant ouvrier Afshin Osanloo. Afshin Osanloo, frère de Mansour Osanloo, fondateur du syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran et Banlieue, était militant syndical dans ce même syndicat. Il avait été condamné à cinq ans de prison pour « assemblée et collusion », c’est à dire pour avoir oeuvré à l’organisation des travailleurs.

Selon l’agence HRANA, après une crise cardiaque à la prison Rejai Shahr (Karaj), il a été transféré le 20 juin à l’hôpital où il est décédé le 22 juin 2013.





A propos des élections de 2013 en Iran

18 06 2013

Déclaration du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI), 16 juin 2013 :

La farce des soi-disant élections présidentielles en Iran est terminée. Hassan Rouhani, pendant longtemps une figure militaire et policière du régime, est sorti des urnes. Khamenei a qualifié ces élections « d’épopée politique » ; Rafsanjani a parlé de « démocratie infaillible » ; la BBC a célébré « la victoire du rationalisme sur l’idéalisme » ; l’opposition pro-régime les a trouvées « pleines d’espoir » et y a vu « le rétrécissement du fossé entre le régime et le peuple ». Mais il n’y avait rien de sérieux dans cette farce, ce n’était qu’une nouvelle indication de la haine de la population envers le régime islamique et de sa lutte contre ce système.

WPI elec

L’absurde déclaration du régime que cette élection était une “épopée politique” doit être comprise comme une dernière tentative de justifier les élections. Quelque soit le véritable nombre de votants, il est clair que les millions de personnes qui n’ont pas participé à cette farce, et qui, partout où ils l’ont pu ont fait entendre leurs protestation, ceux qui malgré la chape de plomb du régime ont utilisé les opportunités pour défendre leurs revendication, et ceux qui ont utilisé le vote pour renforcer les contradictions au sein du régime, tous ont démontré la volonté de l’ensemble de la population d’en finir avec la République Islamique et ses différentes fractions.

Lire le reste de cette entrée »





Le vote de la population d’Iran c’est le renversement du Régime Islamique

12 06 2013

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI), 10 juin 2013 :

Le régime islamique en Iran lance un nouveau round de ses soi-disant élections présidentielles le 14 juin prochain. Les élections, sous un régime qui se maintient au pouvoir par la force, l’oppression et les exécutions, est une farce. Rien n’est plus ridicule que d’appeler les modalités de changement du président d’un tel Etat “élections”.

WPI elecLes partis politiques ne sont pas légaux en Iran. La liberté de conscience est vide de sens, la réponse aux critiques de l’Etat ou aux manifestations est l’emprisonnement et la torture. Les femmes ne sont pas seulement privées du droit d’être élues, mais elles sont continuellement persécutées, opprimées et humiliées. Aucune organisation ou personnalité de l’opposition n’a le droit de prendre part aux activités politiques. La candidature de la majorité de ceux qui sont enregistrés comme candidats aux élections présidentielles, qui tous ont tenu des postes au sein du régime islamique, dont l’ancien président, l’ancien chef du parlement, l’ancien premier ministre et l’actuel vice-président, ont été désapprouvés. Ces gens ont été parmi les plus hauts représentants du régime islamique et ont participé à tous les crimes du régime. Cela révèle bien la véritable signification de ce genre d’élections sous le régime islamique en Iran.

Lire le reste de cette entrée »





Lettre de trois syndicats iraniens au président de l’OIT

6 06 2013

Monsieur le Président de l’OIT,

En raison des conditions économiques difficiles que traverse notre pays, la vie des travailleurs iraniens s’est bien dégradée. Malheureusement, les lois adoptées par le pays ainsi que les protocoles sous-jacents de l’ OIT sont bafoués. Pour vous montrer une partie de la violation des droits des travailleurs, nous attirons votre attention sur ce qui suit :

1) Les salaires de cette année ne correspondent même pas au taux de l’inflation de 35% annoncée par la banque centrale d’Iran ; ils ont été augmentés de 25% ce qui est 10% inférieur au taux officielle de l’inflation. De sorte que Ahmadi , membre du haut conseil de travail a déclaré : « au cours des 12 dernières années, l’augmentation du salaire minimum a été inférieure au taux de l’inflation officiellement déclaré ».

Il s’agit là de la violation de l’article 41 du code du travail et d paragraphe 12 de l’article 3 de la constitution ainsi que l’article 95 de la convention internationale du travail.

Lire le reste de cette entrée »





Hors de l’OIT les assassins du régime islamique !

5 06 2013

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière, 5 juin 2013 :

Hors de l’OIT les assassins du régime islamique !

Ce 5 juin 2013 s’est ouverte la 102ème conférence de l’Organisation Internationale du Travail à Genève. Comme chaque année, nos camarades du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran ont saisi cette occasion pour protester contre la répression brutale qui s’abat quotidiennement sur les travailleurs d’Iran. Behnam Ebrahimzadeh, Reza Shahabi, Mohammad Jarahi, Sharif Saed Panah, Mozaffar Saleh Nia, Shahrokh Zamani, Pedram Nasrollahi, Rasoul Bodaghi, Abdolreza Ghanbari, Jalil Mohammadi, Mohammad Ghasemkhani, Bahram Saeedi et Mohammad Ehyaee sont quelques uns des militants ouvriers actuellement détenus en Iran pour avoir défendu les droits des travailleurs.

POSTER333-2pdf24

Un régime comme celui de la République Islamique d’Iran qui réprime, emprisonne, torture et parfois même exécute des militants pour leurs activités syndicales n’a rien à faire au sein de l’OIT. En acceptant la présence des représentants de ce régime et de leurs hommes de main, l’OIT se rend complice de cette répression anti-syndicale et anti-ouvrière. L’ensemble des organisations ouvrières iraniennes revendiquent d’ailleurs depuis des années l’exclusion de la République Islamique d’Iran des instances de l’OIT. Plus que des condamnations platoniques, l’exclusion du régime iraniens de l’OIT serait un symbole fort pour exiger le respect des libertés fondamentales des travailleurs, comme le droit de grève, de manifester, de s’organiser et de revendiquer en Iran comme dans les autres pays.

Lire le reste de cette entrée »





Régime islamique d’Iran hors de l’OIT !

5 06 2013

Tract distribué par Free Them Now ! (Campagne pour la libération des militants ouvriers emprisonnés en Iran) à l’occasion de l’ouverture de la 102ème conférence de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) ce 5 juin à Genève :

POSTER333-2pdf24

Libérez les travailleurs emprisonnés !
Régime islamique d’Iran hors de l’OIT !

Quelques uns des militants ouvriers actuellement emprisonnés en Iran :

Behnam Ebrahimzadeh, militant ouvrier et militant des droits des enfants, membre du Comité pour Poursuivre l’Etablissement d’Organisations Ouvrières en Iran, il a déjà purgé trois ans de prison sur une peine de cinq ans, alors que son fils de 14 ans est hospitalisé pour leucémie. Malgré la maladie de son fils, la libération temporaire d’Ebrahimzadeh pour être auprès de son fils ne devrait pas être prolongée et il devra retourner en prison.

Lire le reste de cette entrée »





Lettre d’un travailleur iranien à l’OIT

23 05 2013

Lettre de Behnam Ebrahimzadeh à l’Organisation Internationale du Travail (OIT) :

La conférence annuelle de l’OIT commencera le 5 juin. Moi, Behnam Ebrahimzadeh, j’ai été condamné à cinq ans de prison pour mes luttes pour les droits des travailleurs et des enfants. J’ai déjà passé trois années en prison, et maintenant, alors que mon seul fils est hospitalisé pour leucémie, ils veulent me renvoyer en prison.

Behnam4

Je demande à toutes les organisations ouvrières et à toutes les associations de défense des droits humains à travers le monde de protester contre cette décision et d’appeler à la libération immédiate et inconditionnelle des travailleurs emprisonnés et des prisonniers politiques. J’appelle les délégués des syndicats à la conférence de l’OIT à soutenir la lutte des travailleurs en Iran ainsi que mon appel. En même je souhaite dénoncer : combien de temps encore l’OIT, une organisation qui parle au nom des travailleurs, va-t-elle rester silencieuse sur ces violations ? En tant que travailleur, j’attends de l’OIT qu’elle fasse pression pour que les Etats participants respectent les droits les plus fondamentaux des travailleurs et de la population. Le droit de se syndiquer, le droit de grève et le droit inconditionnel à la libre expression sont des droits humains fondamentaux, tout comme l’air que nous respirons, et violer ces droits est un crime flagrant. En Iran en particulier, la pauvreté et l’inflation font des ravages alors que les salaires, plusieurs fois en dessous du seuil de pauvreté, mènent une grande partie de la société vers la destruction.

Lire le reste de cette entrée »