Lettre de trois syndicats iraniens au président de l’OIT

6 06 2013

Monsieur le Président de l’OIT,

En raison des conditions économiques difficiles que traverse notre pays, la vie des travailleurs iraniens s’est bien dégradée. Malheureusement, les lois adoptées par le pays ainsi que les protocoles sous-jacents de l’ OIT sont bafoués. Pour vous montrer une partie de la violation des droits des travailleurs, nous attirons votre attention sur ce qui suit :

1) Les salaires de cette année ne correspondent même pas au taux de l’inflation de 35% annoncée par la banque centrale d’Iran ; ils ont été augmentés de 25% ce qui est 10% inférieur au taux officielle de l’inflation. De sorte que Ahmadi , membre du haut conseil de travail a déclaré : « au cours des 12 dernières années, l’augmentation du salaire minimum a été inférieure au taux de l’inflation officiellement déclaré ».

Il s’agit là de la violation de l’article 41 du code du travail et d paragraphe 12 de l’article 3 de la constitution ainsi que l’article 95 de la convention internationale du travail.

Lire la suite »





Lettre d’un travailleur iranien à l’OIT

23 05 2013

Lettre de Behnam Ebrahimzadeh à l’Organisation Internationale du Travail (OIT) :

La conférence annuelle de l’OIT commencera le 5 juin. Moi, Behnam Ebrahimzadeh, j’ai été condamné à cinq ans de prison pour mes luttes pour les droits des travailleurs et des enfants. J’ai déjà passé trois années en prison, et maintenant, alors que mon seul fils est hospitalisé pour leucémie, ils veulent me renvoyer en prison.

Behnam4

Je demande à toutes les organisations ouvrières et à toutes les associations de défense des droits humains à travers le monde de protester contre cette décision et d’appeler à la libération immédiate et inconditionnelle des travailleurs emprisonnés et des prisonniers politiques. J’appelle les délégués des syndicats à la conférence de l’OIT à soutenir la lutte des travailleurs en Iran ainsi que mon appel. En même je souhaite dénoncer : combien de temps encore l’OIT, une organisation qui parle au nom des travailleurs, va-t-elle rester silencieuse sur ces violations ? En tant que travailleur, j’attends de l’OIT qu’elle fasse pression pour que les Etats participants respectent les droits les plus fondamentaux des travailleurs et de la population. Le droit de se syndiquer, le droit de grève et le droit inconditionnel à la libre expression sont des droits humains fondamentaux, tout comme l’air que nous respirons, et violer ces droits est un crime flagrant. En Iran en particulier, la pauvreté et l’inflation font des ravages alors que les salaires, plusieurs fois en dessous du seuil de pauvreté, mènent une grande partie de la société vers la destruction.

Lire la suite »





1er Mai des conducteurs de bus à Téhéran

2 05 2013

Rassemblement du Syndicats des Travailleurs de la Compagnie de Bus Vahed de Téhéran et de sa Banlieue à l’occasion du 1er Mai 2013 :





Des centaines de travailleurs manifestent à Sanandaj

2 05 2013

Malgré les mesures des forces de répression et les arrestations de militants ouvriers, une manifestation a été organisée à l’occasion du 1er Mai, journée internationale des travailleurs, au centre de Sanandaj (Kurdistan d’Iran).

Selon un rapport du Comité du Kurdistan du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, des militants ouvriers se sont rassemblés et ont déployé des banderoles rouges avec des slogans comme « travailleurs du monde entier, unissons-nous », « libérez les travailleurs emprisonnés » ou »libérez les prisonniers politiques ». De nombreux passants se sont joints au cortège.

Lire la suite »





Rassemblement devant le parlement à Téhéran

2 05 2013

A l’occasion du 1er Mai, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le parlement à Téhéran (Iran) pour défendre les revendications portées dans une pétition signée par 30.000 travailleurs réclamant entre autre la hausse du salaire minimum.

Les forces de répression du régime sont rapidement intervenues pour disperser ce rassemblement ouvrier.

Source : Rowzane





Revendications du 1er Mai depuis la prison Evin (Téhéran)

2 05 2013

RezaReza Shahabi, militant ouvrier et membre du bureau du syndicat des travailleurs de la compagnie de bus Vahed, a envoyé une déclaration depuis la prison Evin de Téhéran à tous les militants ouvriers indépendants d’Iran.

Ci-joint les revendications issues de cette déclaration :

1 – Augmentation des salaries sur les bases de l’article 41 du code du travail.

2 – Formation d’organisations ouvrières indépendantes et leur reconnaissance par le gouvernement.

3 – Droit de grève, de protestation et de manifestation.

4 – Sécurité de l’emploi pour les travailleurs, ce qui signifie entre autre la suppression des contrats temporaires, précaires et des contrats blancs.

5 – Arrêt des expulsions et des licenciements de masse.

6 – Fin du tripartisme (système de corporatisme économique où est sensé être représenté le travail, le capital et l’Etat) qui a toujours favorisé les capitalistes.

Lire la suite »





Protestations à Sanandaj pour la libération de militants ouvriers

18 03 2013

Sanandaj, Iran, 17 mars 2013 :

Les familles des militants ouvriers arrêtés se sont rassemblées devant le bureau des « renseignements » à Sanandaj pour demander la libération immédiate de leurs proches. Les familles s’étaient déjà rassemblées au même lieu et pour défendre la même revendication depuis l’arrestation de Azadi, Hamed Mahmood-Nezhad, Behzad Faraj-Ollahi, Seyed Khaleh Hoseini, et Vafa Ghaderi le 7 mars par des brutes des « services de renseignement », arrestations vraisemblablement orchestrées pour éviter toute protestation des ouvrières et des ouvriers de Sanandaj à l’occasion du 8 mars. Selon un communiqué du Comité du Kurdistan du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, lors de la protestation du 16 mars le bâtiment des « services de renseignement » a été attaqué.

Le Comité de Coordination pour Aider à la Formation des Organisations Ouvrière rapporte que ces manifestations continueront chaque jour et que les familles prévoient de manifester devant le gouverneur du Kurdistan pour la libération de leurs proches.

Plus d’informations en farsi