Ebrahim Hamidi, 18 ans, condamné à mort pour homosexualité

11 08 2010

Pourquoi il n'y a pas de gays en Iran

Article de Paris Match publié le 11 août 2010 :

Ebrahim Hamidi, un Iranien de 18 ans a été condamné à mort pour «homosexualité et acte de sodomie». Menacé, son avocat, Maître Mohammad Mustafahé (NdR : généralement retranscris Mostafaei), a dû fuir l’Iran d’où il poursuit son combat.

En Iran, l’homosexualité est punie par la peine de mort par pendaison. Comme nombre de ses compatriotes, Ebrahim Hamidi, un Iranien de 18 ans, devrait subir ce sort. Il a été condamné le 21 juin dernier à Tabriz, dans le Nord-ouest de l’Iran, à la peine capitale pour homosexualité et acte de sodomie. Et ce sans qu’aucune preuve tangible n’ait avéré «l’acte anal illicite»; sur le seul fondement de la «connaissance du juge». Et pour cause: Ebrahim Hamidi ne serait même pas gay. L’origine de ce procès serait en fait une banale dispute entre deux familles, soldée par une accusation lancée à la va-vite, et pourtant irrémédiable.

A l’époque, en 2008, Ebrahim et trois jeunes hommes se querellent avec un cinquième. Ce dernier les accuse de l’avoir agressé sexuellement. Tous les quatre sont arrêtés. Ils avouent leur crime, selon la défense, sous la torture. Ils sont condamnés à la peine de mort en première instance, mais la Cour suprême casse ces décisions, à cause d’irrégularités de procédure. Une première fois, puis une deuxième. Les trois comparses d’Ebrahim sont finalement acquittés, mais pas lui. Sa condamnation est confirmée le 21 juin dernier. Le 7 juillet, l’accusateur se rétracte. Dans une lettre adressée à la police, il retire sa plainte et avoue avoir menti, cédant aux pressions de ses parents. La Cour suprême doit désormais décider de faire appliquer la sentence ou non.

L’avocat en exil

Une affaire d’une triste banalité en République islamique –cinq autres jeunes sont actuellement sous le coup de la même condamnation- mais portée à la connaissance du monde grâce à l’avocat d’Ebrahim Hamidi. Ce dernier a en effet le rare privilège d’appartenir à une famille aisée qui le défend ouvertement et peut lui payer un avocat. «Ebrahim Hamidi est pour l’instant le seul jeune homme accusé d’acte de sodomie et condamné à mort qui a la chance d’avoir un avocat et ses parents pour le soutenir dans cette affaire», confirme dans un communiqué Saghi Ghahraman, président de l’Iranian Queer Organisation (IRQO), l’association iranienne de défense des droits LGBT (*) basée à Toronto (Canada). «Nous n’avons en revanche aucune nouvelle des cinq autres jeunes qui sont actuellement sous le coup de la même condamnation dans le pays, qui sont détenus dans des conditions inconnues à Tabriz, Sardasht, Ardabil et Shiraz», précise-t-il.

Maître Mohammad Mustafahé, spécialiste des droits de l’Homme dans son pays, est connu pour avoir épargné de la mort plusieurs de ses clients accusés d’homosexualité ou (clientes) d’adultère. Il mise justement sur cette médiatisation pour lui sauver la vie. A coups de communiqués et de déclarations à la presse, il s’est battu pour que cette affaire soit rendue publique, comme il l’avait fait pour Sakineh Mohammad Ashtiani, une Iranienne de 43 ans, mère de deux enfants, récemment condamnée à mort par lapidation pour adultère, encore une fois sans la moindre preuve. Une spécialisation qui lui vaut une certaine notoriété mais aussi quelques ennemis… Le 22 juillet dernier, des policiers ont fait éruption dans son cabinet de Téhéran, mandat d’arrêt à la main. Comme il était absent, c’est sa femme, Fereshteh Halimi, qui a été arrêtée et maintenue en détention à la prison d’Evin –elle a depuis été libérée. Suite à cela, Mohammad Mostafaei a fui son pays pour la Turquie, puis la Norvège où il est en exil depuis.

(*)«Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres» .


Actions

Information

5 réponses

11 08 2010
rousseaux latifa

Partout dans le monde, on ne compte plus les personnes arrêtées, incarcérées, torturées ou exécutées du fait de leur orientation ou de leur identité sexuelle, y compris dans des pays dits "développés" comme les USA, où certains Etats conservent des lois "anti-sodomie".

Cependant la situation dans le monde arabe est une des plus graves, L’homosexualité y est très mal acceptée, d’abord elle est interdite par la loi (dans la plupart des pays arabes) et elle est très mal vue par une société très conservatrice et traditionnelle, guidée la plupart du temps par des valeurs religieuses. La communauté homosexuelle dans les pays du monde arabe est donc une des minorités les plus opprimées.

Certains états islamistes tels que L’Iran, La Mauritanie, l’Arabie Saoudite, le Soudan et le Yemen vont jusqu’à la peine de mort (s’il y’a relation et rapport). Mais selon les interpretations de la Charia, les châtiments envisages pour ces individus varient selon les cas. Ainsi la peine de mort est requise pour un homme, 74 coups de fouets pur un mineur et 100 coups pour une femme (mais au bout de 3 recidives, c’est la mort)

Dans les autres pays :
En Malaisie, la peine maximale est de 20 ans d’emprisonnement.
Dans les Emirats Arabe Unis, la sanction est de 14 ans d’emprisonnement.
Au Bahrein, une peine peut aller jusqu’a 10 ans avec des châtiments corporels ou non.
Pour le Bangladesh et La Libye c’est de 5 a 7 ans.
En Irak, la législation est assez stricte et des peines de prison peuvent être prononcées.
Le Pakistan quant à lui punit de 2 ans d’emprisonnement.
Enfin, au Liban, les cours pénales continuent de juger des homosexuels en vertu de l’article 534 du code penal de 1943 qui condamne "tout contact physique et union contre nature" a des peines variant de 6 mois a 1 ans de prison (Le Liban possede donc un étroit avantage par rapport a ces autres pays)

Par contre en Egypte et en Jordanie l’homosexualité est décriminalisée depuis 2001.

16 08 2010
Réactions contre l’exécution d’Ebrahim Hamidi « Révolution en Iran

[...] un effet de la fuite de leur avocat, Mohammad Mostafaei, vers la Norvège ? Les cas des Iraniens Ebrahim Hamidi – un jeune homme accusé d’homosexualité et condamné à mort par pendaison pour homosexualité [...]

4 09 2010
[Iran Droits de l'Homme] Ebrahim Hamidi, 18 ans, condamné à mort pour homosexualité | Club de l'Europe

[...] Ebrahim Hamidi, 18 ans, condamné à mort pour homosexualité « Révolution en Iran. [...]

14 09 2010
François Gouilhers

La condamnation à mort d’Ebrahim Hamidi, est aussi absurde, ignoble, terrifiante et révoltante, que celle qui a été propnoncée contre Sakineh , hélas!

1 12 2010
sidi

salut je suis tres desole de ce jeune peu change l avenir est devant lui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 37 followers

%d bloggers like this: